La France annonce l'arrestation de Félicien Kabuga — Génocide au Rwanda

Génocide Rwandais de 1994 : Félicien Kabuga, le principal suspect arrêté en France

Le financier présumé du génocide rwandais arrêté près de Paris

Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 16 mai 2020 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Cela fait plus de vingt ans que Félicien Kabuga, considéré comme le "financier du génocide rwandais", est traqué. Pour la journaliste Maria Malagardis, son arrestation après un quart de siècle de cavale est une surprise, qui plus est en France.

Félicien Kabuga, âgé de 84 ans, est notamment accusé d'avoir créé les milices Interahamwe, principaux bras armés du génocide de 1994.

Kabuga a été arrêté par des gendarmes à Asnières-Sur-Seine, où il vivait sous une fausse identité.

Félicien Kabuga doit désormais être rapidement présenté au parquet de Nanterre en vue de son incarcération puis au parquet général de Paris dans les prochains jours.

S'ensuivra une procédure d'extradition devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, qui décidera de sa remise au MTPI à la Haye pour qu'il y soit jugé. Selon l'acte d'accusation du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), il est accusé d'avoir, comme président du Fonds de défense nationale, rassemblé "des fonds destinés à donner un appui financier et logistique aux Interahamwe pour tuer et porter atteinte à l'intégrité des Tutsis ". Félicien Kabuga se trouvait alors avec un de ses fils, qui n'a pas été interpellé. Il avait été signalé en juillet 1997 au Kenya, où il avait échappé à une opération destinée à l'arrêter, puis à une autre en 2003, selon l'ONG spécialisée Trial.

Cette arrestation " est un rappel que ceux qui sont responsables du génocide peuvent être amenés à rendre des comptes, même 26 ans après leurs crimes", a déclaré Serge Brammertz, principal procureur du Mécanisme international, la structure chargée d'achever les travaux des tribunaux internationaux pour le Rwanda (TPIR). Il s'inscrit historiquement dans un contexte de projet génocidaire latent depuis plusieurs dizaines d'années.

Dernières nouvelles