Deux suspects arrêtés aux États-Unis — Affaire Carlos Ghosn

Affaire Ghosn : deux des cerveaux présumés de la grande évasion arrêtés

Deux hommes soupçonnés d'avoir aidé Carlos Ghosn à fuir le Japon arrêtés aux Etats-Unis

Les autorités américaines ont arrêté, à la demande de la justice japonaise, deux hommes, dont un ancien membre des forces spéciales, soupçonnés d'avoir participé à la fuite de Carlos Ghosn du Japon, montrent des documents judiciaires.

Carlos Ghosn, ancien PDG de Renault et Nissan, se trouve actuellement au Liban après avoir fui fin décembre le Japon, où il devait être jugé pour des malversations financières présumées. Selon la justice américaine, les deux hommes présentent un "grand risque de fuite" et doivent rester en détention en attendant la demande d'extradition du Japon. Dans une conférence de presse depuis Beyrouth, il a ensuite assuré ne pas avoir eu "d'autres choix" que de fuir des accusations "sans fondements". Il n'a jamais expliqué comment il avait réussi sa fuite.

A l'intérieur de la chambre 4609 du Star Gate Hotel, Carlos Ghosn s'était caché dans l'une de ces malles habituellement utilisées pour le transport de matériel audio.

Au fil de leur enquête, les autorités japonaises ont découvert que Michael Taylor avait visité le Japon à au moins trois reprises entre juillet et début décembre 2019 pour préparer l'opération du 29 décembre. Les deux hommes ont discuté pendant une heure, selon les caméras de surveillance de l'établissement. Ils étaient visés par un mandat d'arrêt du Japon. Pendant qu'ils voyageaient, Carlos Ghosn est retourné au Grand Hyatt, où il s'est rendu directement dans la chambre de Peter Taylor pour changer de vêtements. Sur les caméras, seuls Michael Taylor et George-Antoine Zayek en repartiront avec les lourdes caisses. Outre un mandat d'arrêt contre Carlos Ghosn pour avoir quitté illégalement le pays, deux autres ont été émis contre Michael Taylor, 59 ans, un ancien membre des forces spéciales américaines reconverti dans la sécurité privée, et Peter Taylor, 26 ans, le fils de Michael Taylor, selon les médias nippons. Il aurait de la sorte échappé aux contrôles à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka (ouest), car le passage aux rayons X des bagages n'était jusqu'à présent pas obligatoire au Japon pour les jets privés. Ils se sont ensuite envolés vers la Turquie, puis le Liban. Peter Taylor a été interpellé à Boston alors qu'il s'apprêtait à partir pour le Liban, où s'est réfugié l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan.

Dernières nouvelles