Trump juge Pékin responsable d'une " tuerie de masse mondiale "

Donald Trump accuse l'OMS d'être «?une marionnette de la Chine?» et menace de suspendre indéfiniment la contribution américaine

Coronavirus : Trump menace de suspendre indéfiniment la contribution américaine à l’OMS

Mais l'escalade verbale prend chaque jour un ton plus acrimonieux.

"Un cinglé en Chine vient de publier un communiqué accusant tout le monde à l'exception de la Chine pour le virus qui a tué des centaines de milliers de personnes", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

"Merci d'expliquer à cet abruti que c'est 'l'incompétence de la Chine', et rien d'autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale!". Le président américain a menacé lundi de couper les vivres à l'OMS, qui organise depuis lundi un sommet virtuel auquel participent 194 membres pour débattre de l'évolution de la pandémie du Covid-19. "Au cours des dernières 24h, 106 000 cas ont été déclarés à l'OMS - le chiffre le plus élevé pour une seule journée depuis le début de l'épidémie", s'est alarmé le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé.

Le différend entre les deux premières économies mondiales s'est en particulier concentré sur l'attitude de l'agence onusienne face à cette crise sanitaire d'une ampleur inédite.

Enfin, dans ce long courrier, Trump conclut en rappelant que l'administration a entamé des discussions sur des réformes de l'Organisation, et menace de suspendre définitivement la contribution des États-Unis, si celle-ci ne montre pas d'amélioration dans les 30 jours à venir.

M. Zhao a exhorté Washington à "cesser de rejeter la faute " sur son pays et à se concentrer plutôt sur l'endiguement du virus, qui a contaminé plus de 1,5 million de personnes aux États-Unis et fait plus de 90 000 morts.

"Ce que nous avons vu dans le passé, c'est que les pays riches se précipitent au premier rang et laissent le reste du monde se débrouiller seul", estime Ellen 't Hoen, directrice du groupe de recherche Medicines Law & Policy, dont les propos ont été repris par le journal.

" Il y a eu des erreurs et des lacunes du côté américain, leurs mensonges sont toujours plus nombreux", a-t-il asséné, dénonçant avec virulence " ces hommes politiques américains adeptes de la manipulation ".

" Nous avons largement sous-estimé à quel point Pékin est, idéologiquement et politiquement, hostile aux pays libres", a-t-il déclaré, martelant que le géant asiatique était dirigé par " un régime brutal, autoritaire ".

Les États-Unis seraient contre l'idée de partager l'éventuel vaccin contre le Covid-19 avec les pays pauvres, a annoncé mardi 19 mai le Financial Times, se référant à des diplomates africains en poste à Genève qui participent à une réunion virtuelle de l'Assemblée mondiale de la santé (AMS), l'organe directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dernières nouvelles