Dieselgate: Deux patrons de Volkswagen évitent un procès - Économie

Gros plan d'un moteur de voiture portant le logo de la marque Audi

Dieselgate: deux patrons de Volkswagen évitent un procès avec un accord à 9 millions d'euros

Le groupe a accepté de prendre en charge le paiement car il n'a pas identifié de "manquements aux devoirs envers l'entreprise " de la part des deux dirigeants a précisé un porte-parole pour qui "il est dans l'intérêt du groupe de mettre fin à ces procédures ".

Herbert Diess, PDG du groupe depuis avril 2018, et Hans Dieter Pötsch, président du conseil de surveillance, ont trouvé un accord de 9 millions d'euros avec le procureur de Brunswick (Allemagne), a indiqué un porte-parole mardi 18 mai. Il s'agissait notamment de déterminer à quel moment le directoire avait été informé de la triche et des risques qui en découlaient.

Mardi, le groupe a déclaré qu'un accord avait été conclu pour mettre fin aux poursuites contre les deux cadres supérieurs. M. Pötsch était directeur financier du groupe sous M. Winterkorn.

Le patron de l'époque, Martin Winterkorn, avait lui aussi été renvoyé en septembre dernier pour "manipulation du cours de bourse", en plus d'un renvoi précédent pour "fraude aggravée". L'ancien patron de la marque Audi, Rupert Stadler, attend aussi un procès.

Volkswagen a mis au lit l'un des cas les plus potentiellement dommageables dans son scandale " Dieselgate ", en payant 9 millions d'euros dans un règlement à l'amiable pour empêcher ses deux patrons d'aller en justice pour des accusations de manipulation de marché.

Un plan rapproché de Herbert Diess directeur de Volkswagen en 2017
Herbert Diess le directeur de Volkswagen en 2017

L'essentiel de cette somme (frais juridiques, amendes et dédommagements) a pour l'heure été déboursé aux Etats-Unis, notamment en indemnisant généreusement les clients pour la reprise de leurs véhicules.

L'affaire avait été l'un des nombreux enchevêtrements juridiques dans lesquels Volkswagen s'était retrouvée lors de sa révélation étonnante en 2015 selon laquelle elle avait installé des appareils dans 11 millions de véhicules diesel dans le monde pour les rendre moins polluants lorsqu'ils subissaient des tests d'émissions.

Mais le groupe reste empêtré dans un réseau de problèmes juridiques, y compris un cas d'investisseurs en Allemagne qui ont uni leurs forces pour exiger des milliards d'euros de compensation pour la chute brutale du cours de l'action de VW dans les jours qui ont suivi la publication du scandale.

Le dieselgate a déjà coûté plus de 30 milliards d'euros (45,6 milliards de dollars) au constructeur allemand, qui tente depuis de redorer son image en misant sur la voiture électrique.

Fin avril, un autre volet du scandale à tiroirs s'est refermé: Volkswagen va débourser au moins 750 millions d'euros pour rembourser 235.000 clients regroupés dans un procès sans précédent en Allemagne, similaire à une "class action" à l'américaine, en vertu d'un accord à l'amiable.

Dernières nouvelles