La chanteuse, Rokia Traoré, longtemps Amiénoise, en fuite au Mali

La fuite de la chanteuse Rokia Traoré au Mali prend une tournure diplomatique

La chanteuse, Rokia Traoré, longtemps Amiénoise, en fuite au Mali

La chanteuse malienne Rokia Traoré est rentrée chez elle, bafouant une interdiction prononcée par un tribunal français qui devait la remettre à la Belgique pour un litige concernant la garde d'enfants, a déclaré dimanche son avocat.

" Il s'agit d'une mère désespérée qui craint que son enfant ne lui soit arraché", a expliqué à l'. son avocat Kenneth Feliho.

Rokia Traoré avait été interpellée en mars dernier par la justice française au sujet d'un contentieux qui l'oppose à son ex-compagnon à propos de la garde leur enfant.

L'avocat de son ex-compagnon s'étonne de la facilité avec laquelle la chanteuse malienne a pu partir pour Bamako en plein confinement: "J'ai écrit au ministre de l'Intérieur pour savoir comment des personnes placées sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire français peuvent quitter celui-ci moyennant des vols privés qui partent du Bourget". Selon une source judiciaire interrogée dimanche, le parquet général de la cour d'appel de Paris était en attente d'éléments pouvant attester que la chanteuse n'a pas respecté son contrôle judiciaire. "Elle a précisé qu'elle avait pu quitter la France, par avion privé, " en vertu de la protection que [lui] confère [son] passeport diplomatique malien ".

En attendant, le gouvernement malien joue lui sa partition diplomatique pour tenter d'apaiser les différentes parties.

Un fâcheux oubli qui met la France dans une position délicate, alors que l'affaire Rokia Traoré envenime déjà les relations diplomatiques entre la Belgique et le Mali. Les trois diplomates, selon le communiqué qui fait le compte rendu de la rencontre, ont principalement échangé sur la situation de la chanteuse franco-malienne Rokia Traoré. Trouver un compromisLe ministre des Affaires étrangères malien a par ailleurs "invité Jan Goosens, père de l'enfant, et son avocat à venir au Mali dès que les conditions le permettront pour poursuivre la recherche d'un juste compromis ".

Me Franck Berton indique pour sa part qu'il va consulter son client sur ce point.

S'il est clair que Bamako cherche aujourd'hui ouvertement une porte de sortie dans ce dossier, rien ne dit pour l'instant que les justices belges et françaises sont prêtes au compromis.

Dernières nouvelles