Coronavirus : la Chine se vante d'une "réussite stratégique majeure"

Li Keqiang le premier ministre chinois

Coronavirus: la Chine se vante d'une"réussite stratégique majeure

Des Chinois se rendent au travail, le 22 mai 2020 à Pékin. Mais avant toute chose, le Premier ministre chinois a célébré la "réussite stratégique majeure" du pays dans sa gestion de la crise sanitaire. Mais il se heurte à la vindicte des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir tardé à réagir à l'épidémie.

Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une Grande muraille de solidarité.

"C'est l'incompétence de la Chine, et rien d'autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale", avait tonné mercredi le président américain Donald Trump. "La pression sur l'emploi a fortement augmenté", a-t-il reconnu. "Notre pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir".

Les dépenses militaires de la Chine vont connaître cette année leur plus faible progression en trois décennies, affichant malgré tout une hausse de 6,6% par rapport à 2019, alors que le pays est aux prises avec le ralentissement de son économie dans le sillage de l'épidémie de COVID-19 et s'estime exposé à des menaces croissantes.

Le Premier ministre a également annoncé l'émission d'un emprunt d'Etat pour un montant de 1.000 milliards de yuans, auquel s'ajoute un vaste plan d'investissement de 3.750 milliards de yuans (481 milliards d'euros). Signe des difficultés économiques, ce budget, le deuxième du monde après celui des Etats-Unis, augmente moins que l'an dernier (7,5%).

Hong Kong dans le viseur Dès jeudi soir, la question de Hong Kong s'est imposée à l'agenda: le parlement a annoncé qu'il allait se saisir d'une proposition de loi sur la "sécurité nationale" dans l'ancienne colonie britannique, secouée l'an dernier par un colossal mouvement de protestation. Une manière pour Pékin de contourner un vieux problème, puisque le Parlement Hongkongais n'avait jamais adopté une telle loi, la population y voyant une menace pour ses droits. La dernière tentative de mise en oeuvre de l'article 23, en 2003, avait échoué face à des manifestations monstres dans les rues hongkongaises.

Dernières nouvelles