La fermeture de la frontière Canada / États-Unis maintenue — Coronavirus

COVID-19 Ottawa annonce des renforts dans le dépistage et le traçage

Le premier ministre Justin Trudeau

"De nombreuses applications ont été développées à travers le monde, dont à Singapour, en Australie, mais l'un des problèmes de ces applications, c'est qu'elles drainent la pile".

Ottawa pourrait bientôt recommander l'une de ces applications pour les opérations de traçage et de dépistage. Un nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique entre en vigueur le 1er juillet. "Si vous êtes le seul propriétaire et exploitant d'une entreprise, si votre entreprise dépend de travailleurs sous contrat ou si vous êtes à la tête d'une entreprise familiale dont le paiement se fait par dividendes, vous pourrez être admissibles", a-t-il précisé.

En début de semaine, elle soutenait que MILA était en pourparlers avec le gouvernement du Canada et plusieurs gouvernements provinciaux et territoriaux pour en permettre l'utilisation au cours des prochaines semaines.

" C'est une décision importante qui va protéger les gens des deux côtés de la frontière ", a souligné M. Trudeau lors de sa conférence de presse quotidienne.

Quant à l'idée d'utiliser une application mobile pour retrouver les personnes qui peuvent avoir été en contact avec des personnes atteintes du coronavirus, il a affirmé que les discussions se poursuivent et qu'il espère en avoir plus à dire sur le sujet prochainement.

Voir revenir les gens au travail est l'une des priorités du gouvernement Trudeau. Statistique Canada rend également 1700 agents disponibles pour faire jusqu'à 20 000 appels par jour.

Le Québec n'a vraisemblablement pas encore réclamé le coup de pouce du fédéral. "Comment rouvrir l'économie de façon sécuritaire", a-t-il rapporté tout en restant prudent: "c'est important pour les Canadiens comme pour les entreprises de savoir qu'on collabore pour accélérer le dépistage et la recherche de contacts".

Dans son allocution, Justin Trudeau s'est précédemment prononcé sur les gestes haineux contre les Asiatiques. "C'est inacceptable. La haine, la violence et la discrimination n'ont pas leur place au Canada", a-t-il soutenu. "Ce n'est pas qui nous sommes en tant que Canadiens", a-t-il plaidé.

Dernières nouvelles