"L'abbé des gilets jaunes", Francis Michel, renvoyé par l'Eglise

Il avait défrayé la chronique et choqué bon nombre de membres de l'Eglise catholique.

"Dans son communiqué, le diocèse d'Evreux indique que de multiples tentatives ont été lancées par l'Evêque pour trouver " une issue favorable", mais qu'elles n'ont pas abouti". L'abbé Michel "perd les droits propres à l'état clérical de même que les dignités ecclésiastiques et les charges et il est délié de toutes ses obligations en rapport avec cet état clérical [.] Il ne peut plus célébrer l'Eucharistie, prononcer une homélie, administrer licitement les sacrements de l'Eglise catholique romaine ni enfin remplir aucune charge de direction dans le cadre pastoral ou avoir une responsabilité dans l'administration paroissiale". Le communiqué précise ensuite que la décision prend effet immédiatement, sans recours possible. "J'ai été convoqué et l'évêque m'a signifié mon renvoi". La cour d'appel de Rouen l'avait également condamné à une amende de 15.000 euros pour avoir détourné des dons de fidèle.

L'abbé Francis Michel, qui avait entonné des chants anti-Macron avec des Gilets jaunes pendant une messe en 2019, a été renvoyé à l'état laïc par le Vatican, a annoncé le diocèse d'Évreux. Le religieux déchu s'était notamment affiché une soutane noire sous un gilet jaune lors d'une célébration. Depuis 2016, le prêtre normand est frappé de la mesure de "suspense à divinis", c'est-à-dire qu'il lui est interdit de "conférer tout sacrement et de célébrer tout sacramental". "J'ai une grande propriété privée, je peux très bien y monter un chapiteau et y dire la messe".

Dernières nouvelles