Emmanuel Macron chez Valeo pour présenter le plan automobile — Etaples-sur-Mer

MACRON PROMET UN SOUTIEN

Macron va faire mardi «d'importantes annonces» sur le soutien à la filière automobile

Bruno Le Maire a expliqué ces derniers jours que le plan de soutien serait informé contre les technologies vertes et à son tour a exigé une délocalisation des productions en France.

Dans les Alpes-Maritimes et le Var, deux nouveaux décès en milieu hospitalier ont porté à 468 victimes le funeste bilan dans ces deux départements. Avant ce déplacement à Etaples, près du Touquet (Pas-de-Calais), le chef de l'Etat s'entretiendra à 9 h 15 avec Jean-Dominique Sénard, le PDG de Renault, à l'Elysée.

Alors que le secteur automobile est touché de plein fouet par la crise sanitaire, avec notamment une chute des ventes de 89% en avril, et un constructeur, Renault, en très grandes difficultés, Emmanuel Macron doit faire "d'importantes annonces" ce mardi dans le cadre d'un plan de soutien de la filière.

En France, l'industrie automobile est l'un des secteurs les plus touchés par la crise économique induite par le coronavirus, aux côtés de l'aérien, la construction, l'hôtellerie et la restauration.

Ce coup de pouce doit concerner 500 000 entreprises et alourdira la dette au-delà du seuil de 115 % du produit intérieur brut, a prévenu le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. Mais l'Elysée a confirmé lundi que le chef de l'Etat présenterait le plan, dans une usine du groupe Valeo dans les Hauts-de-France.

"La première vague est finie, c'est certain", même s'il est "beaucoup trop tôt" pour dire que l'épidémie est derrière nous, a renchéri le Pr Antoine Flahaut, directeur de l'Institut de santé globale de l'université de Genève.

Au menu: le sort des lycéens et de l'oral du bac de français, mais aussi de possibles aménagements de la règle limitant les déplacements dans un rayon de 100 km, ou encore la réouverture des bars et restaurants ou celle, progressive, des cinémas.

Comme attendu, l'exécutif va annoncer un vaste programme de primes à l'achat.

Les négociations, sous la houlette de l'ancienne dirigeante de la CFDT Nicole Notat, se tiennent selon un calendrier serré, et sous la pression de soignants aguerris après des mois de grève et plusieurs manifestations.

Exemple souvent cité, un infirmier français est payé environ 1.500 euros net en début de carrière, soit 1,2 Smic, un des ratios les plus bas des pays riches de l'OCDE.

Dernières nouvelles