Hydroxychloroquine : le Pr Raoult dénonce une "étude foireuse"

L'édito Aphatie:

La chloroquine est jugée inefficace (voire dangereuse) comme traitement contre le COVID-19

Dans une vidéo publiée sur YouTube, ce lundi 25 mai 2020, l'infectiologue a fulminé: "comment voulez-vous qu'une étude foireuse faite avec les big data change ce que nous avons vu?" Cependant, selon une étude menée par The Lancet, la Chloroquine n'aurait pas les effets vantés par Didier Raoult ou encore Moussa Seydi.

Réagissant à la publication d'une étude sur la Chloroquine parue dans la revue spécialisée The Lancet, et qui a conclu à une inefficacité de la molécule face au Coronavirus, Didier Raoult, qui a qualifié cette enquête de " foireuse ", a révélé que le Doliprane est plus dangereux que l'hydroxychloroquine. "Ne croyez pas que je vais changer d'avis parce que des gens font du Big data, qui est une espèce de fantaisie complètement délirante, qui prend des données dont on ne connaît pas la qualité et qui mélange tout ", lâche le professeur. Le Pr Raoult, critiqué notamment par ses pairs pour déroger aux méthodes de la recherche scientifique, conclut la vidéo par ces mots: "Nous, on estime qu'on a fait notre travail, c'est la fin de l'épidémie, (.) on est très serein sur ce qu'on a fait". "Les querelles scientifiques, politiques, publicitaires, tout ça a un temps, le temps fait le tri, on n'est pas très inquiets", confie-t-il dans cette séquence. " lance-t-il, précisant que 10 000 électrocardiogrammes ont été faits dans son service".

Les résultats d'une étude, réalisée sur 96 000 patients, ont remis en cause non seulement la chloroquine, mais aussi l'hydroxychloroquine en tant que traitement contre le coronavirus. Mi-mars, plusieurs médecins français, dont à l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille, ont aussi constaté une certaine efficacité de la chloroquine. Les auteurs de l'étude expliquent avoir observé une surmortalité chez les personnes traitées par l'association hydroxychloroquine et azithromycine et recommandent de ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.

En rappel, des études chinoise et française avaient récemment tenté de prouver que l'HCQ ne réduisait pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Dernières nouvelles