Comment Camélia Jordana a rouvert le débat public sur les violences policières

Cyril Hanouna dézingue la chanteuse Camelia Jordana Je ne savais même pas qu’elle existait encore

Capture vidéo

Invitée sur le plateau du talk-show On n'est pas couché sur France 2 ce samedi 23 mai 2020, Camélia Jordana a dénoncé les violences policières sévissant notamment en banlieue, où, régulièrement, des interpellations violentes, ayant déjà pu mener à la mort, indignent et génèrent des protestations.

"Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic".

"Non, madame, 'les hommes et les femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue' ne se font pas 'massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau', ces propos mensongers et honteux alimentent la haine & la violence. Ils appellent une condamnation sans réserve ", a-t-il répondu. "Bravo, mais le prix à payer va être terrible". Cette France est si différente de celle dans laquelle nous avons grandis.

L'animateur n'a pas digéré le fait que Christophe Castaner réponde aux propos tenus par l'ex-candidate de la Nouvelle Star : "Moi je vais vous dire mon sentiment, franchement Christophe Castaner qui répond à Camélia Jordana, je ne comprends pas", et d'ajouter: "Camélia Jordana je ne savais même pas qu'elle existait encore".

La chanteuse a rétorqué à Castaner en lui proposant un débat en direct sur un plateau télé "de son choix".

Dans un communiqué, publié dimanche soir, SOS Racisme apporte également son soutien à la chanteuse et "réitère sa demande que soit ouvert le chantier de la lutte contre le racisme au sein de la police et de la gendarmerie". Il a annoncé qu'il comptait saisir le Procureur de la République et demandé au ministre de l'Intérieur de faire pareil. Une réponse qui a donné corps à une polémique qui n'en finit plus.

Elle qui, dans l'un de ses clips publiés en novembre 2018, s'était émue du sort d'Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré, décédé des suites d'une crise cardiaque lors d'une interpellation policière. "Par contre la liberté du débat public ne permet pas de dire tout et n'importe quoi", a affirmé le ministre de l'Intérieur, en marge d'un déplacement dans des locaux de la préfecture de police de Paris.

Depuis sa dernière sortie médiatique très décriée, Camélia Jordana ne cesse de faire parler d'elle.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice recueille de nombreux témoignages. Épatée par toutes ces réactions, enthousiastes par la réouverture du débat public. "Ce qui a été affirmé est faux et injuste".

Dernières nouvelles