Etats-Unis: Arrestation mortelle: 4 policiers limogés - Monde

Indignation aux Etats Unis après la mort d'un Noir lors de son interpellation

Indignation aux États-Unis après la mort d'un Noir lors de son interpellation

Cet homme, qui n'était pas armé, s'appelait George Floyd. L'homme se plaint pendant de longues minutes de ne pas pouvoir respirer et d'avoir mal, tandis que l'agent, un Blanc, lui dit de rester calme.

La situation a évolué plus rapidement dans le cas de Floyd: les quatre policiers impliqués ont été limogés un jour après sa mort et une enquête a été ouverte. L'homme est décédé plus tard à l'hôpital. Les images, datées du 25 mai dernier, montrent George Floyd, en train d'être maintenu au sol par le cou, pris à la gorge, gémissant et indiquant à plusieurs reprises "je ne peux pas respirer " au policier.

Des milliers de personnes ont manifesté le 26 mai à Minneapolis pour protester contre la mort de George Floyd, un Afro-Américain décédé peu après avoir été interpellé par la police.

L'incident de lundi soir survient dans la foulée de plusieurs cas d'hommes et de femmes noirs tués par la police ou d'anciennes forces de l'ordre aux États-Unis. Lorsque les policiers l'ont menotté, il semblait souffrir, ont-ils déclaré. Il a été transporté dans un hôpital où il est décédé peu après.

Frey, s'exprimant plus tard lors d'une conférence diffusée sur Facebook, a souligné que l'officier n'avait aucune raison d'employer la prise sur le cou de l'homme.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, a pour sa part fustigé un acte "horrible", accusant le policier d'avoir "manqué d'un sens de l'humanité fondamental".

Mardi, des passants se recueillaient et déposaient des fleurs à l'endroit de l'interpellation, alors que d'autres arboraient des affiches implorant la police d' "arrêter de tuer des Noirs".

L'avocat de la famille de George Floyd, Benjamin Crump, a dénoncé un usage "abusif, excessif et inhumain de la force" pour un délit "non-violent", et demandé la fin du "profilage racial et (de) la minimisation des vies noires par la police".

"La technique qui a été utilisée n'est pas autorisée; ce n'est pas une technique sur laquelle nos officiers sont formés", a-t-il dit. L'affaire avait notamment contribué à l'émergence du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte") et déclenché un mouvement de protestation. " S'adressant aux médias américains, le chef Arradondo a pour sa part déclaré que les méthodes de la police "concernant le placement d'un individu sous contrôle " seront examinées dans le cadre de l'enquête".

Dernières nouvelles