Twitter signale un tweet de Donald Trump comme trompeur

Donald Trump

Donald Trump

Dans ces tweets, Donald Trump s'en prenait notamment au vote par correspondance qui pourrait être introduit dans certains États des États-Unis afin de limiter les risques de transmission du COVID-19. This will be a Rigged Election. Ensuite des professionnels vont leur dire, à ces gens qui sont nombreux à n'avoir même jamais pensé à voter avant, comment et pour qui voter.

Le président américain n'a pas manqué de réagir, accusant le réseau social d'"interférer" dans l'élection présidentielle de 2020, et de bafouer la liberté d'expression.

"Et moi, en tant que Président, je ne permettrai pas que cela se produise!", a-t-il martelé.

"Il n'y a PAS MOYEN (ZERO!) que le vote par correspondance soit autre chose que substantiellement frauduleux", avait posté le président américain sur son compte Twitter. En effet, ces messages "contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus électoral et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel au vote par correspondance " a déclaré un représentant de Twitter. Il accuse ce dernier de distribuer des bulletins à tous les habitants et de leur dire "pour qui voter".

Il y a deux semaines, Twitter a renforcé ses règles pour lutter contre la désinformation sur la pandémie. "Twitter est complètement en train de brider la liberté d'expression et en tant que président je ne les laisserai pas faire!", a-t-il menacé. "Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post" a réagi le président, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. Mardi matin, le président américain s'est par exemple de nouveau attaqué à Joe Scarborough, présentateur de la chaîne câblée MSNBC, ancien homme politique républicain qui fut son ami avant de le critiquer ouvertement à l'antenne.

Un message de Donald Trump affirmant que le vote par correspondance donnait lieu à de nombreuses fraudes a été notifié par Twitter comme nécessitant une vérification des faits.

Plusieurs sites et blogs ont entretenu l'idée selon laquelle Joe Scarborough, alors élu républicain, aurait assassiné son assistante parlementaire Lori Klausutis en 2011, sans aucun élément tangible à l'appui. Malgré les demandes appuyées du veuf de cette femme au patron de Twitter, Jack Dorsey, les tweets sont encore consultables mercredi. "S'il vous plait, effacez ces tweets", a demandé Timothy Klausutis, dans cette lettre relayée par plusieurs médias américains mardi".

Twitter, de son côté, a réglé une partie du problème en interdisant les publicités à caractère politique.

Dans le cadre de sa nouvelle politique sur les fausses informations, Twitter a accompagné ce message et un message ultérieur d'une étiquette d'avertissement.

La désinformation est considérée comme particulièrement cruciale par Facebook et les autres plateformes depuis les tentatives de manipulation de l'élection présidentielle américaine et du référendum sur le Brexit, en 2016.

Dernières nouvelles