Débrayage à la Fonderie de Bretagne, un des quatre sites menacé — Renault

Plusieurs salariés bloquaient lundi 25 mai l'accès à la Fonderie de Bretagne à Caudan, pour protester contre la possible fermeture de l'usine par Renault

Renault : le courrier des élus bretons pour le maintien de la Fonderie de Bretagne

"Ça fait deux semaines que ça dure: on n'a toujours aucune réponse à notre question sur l'avenir de la fonderie", a déclaré Maël Le Goff, secrétaire de la section CGT. Le projet prévoit "une revue stratégique du système de fonderie-fonte en France", qui concerne l'avenir de la FDB, selon une source syndicale. Les salariés craignent la fermeture de plusieurs sites. "On n'est pas si surpris qu'il n'y ait pas de décision". "Ils vont dire 'on est prêt à continuer avec vous mais qu'est ce que vous mettez dans le pot?' C'est totalement inadmissible".

Reporté à 11 h à la préfecture de Lorient, il a finalement été décalé à mercredi. "Je pense que (vendredi) la réunion va être tendue, plus que tendue.J'ai l'impression qu'on n'aura toujours pas de réponse à nos questions".

" Cet engagement de la puissance publique aux côtés du groupe Renault nous semble parfaitement légitime, d'autant que les collectivités bretonnes ont de la même manière, dans un passé récent, assumé leurs responsabilité d'acteur public en soutien du Groupe Renault".

Les élus se disent conscients des difficultés actuelles que connaît le groupe Renault et constatent l'effort significatif fait par l'Etat pour accompagner le secteur automobile français, et spécifiquement le groupe Renault, dans la relance de leur activité.

Dernières nouvelles