L'hydroxychloroquine n'est plus autorisée dans le traitement du coronavirus en France

Fin de partie pour l’hydroxychloroquine en France

Recours à la chloroquine contre le COVID-19 : l'OMS a tranché... ou presque

C'est désormais chose faite puisque selon un décret paru mercredi 27 mai au Journal officiel, le gouvernement a abrogé les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital en France, hors essais cliniques.

L'ANSM a alors annoncé avoir "lancé" la procédure de suspension de l'inclusion de nouveaux patients dans les essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine dans le traitement de la Covid-19.

En dehors des essais cliniques, l'usage de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 en France est autorisé à l'hôpital uniquement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins.

Une décision motivée, selon la même source, par la publication d'une étude la veille dans la revue médicale The Lancet jugeant "inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 ".

La sécurité des patients étant, par définition, la priorité des investigateurs et du promoteur de l'étude, une surveillance cardiologique de tous les patients recevant de l'hydroxychloroquine a été mise en place dans le protocole de l'essai depuis le début de l'étude. Et conclut à " l'absence d'étude clinique suffisamment robuste démontrant son efficacité dans le Covid-19, quelle que soit la gravité de l'infection ".

Pour le HCSP, les données actuelles issues de la littérature scientifique " n'apportent pas la preuve d'un bénéfice sur l'évolution du Covid-19 "; l'instance considère également qu'il existe une toxicité cardiaque de l'hydroxychloroquine, particulièrement en association avec l'azithromycine - il s'agit là de l'association ardemment défendue par le professeur Didier Raoult.

L'agence française du médicament, l'ANSM, a ainsi annoncé suspendre l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans les essais cliniques menés en France. L'effervescence autour du traitement a connu un regain lorsque le président américain Donald Trump s'en est fait l'apôtre, au point d'en prendre lui-même quotidiennement à titre préventif.

Dérivé de la chloroquine (médicament contre le paludisme), l'hydroxychloroquine est prescrite pour lutter contre des maladies auto-immunes, le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Environ 15.000 patients ont été traités à la chloroquine ou à l'hydroxychloroquine avec ou sans macrolide.

Dans un vidéo affiché lundi, Raoult a maintenu ses conclusions.

Dernières nouvelles