Mort de George Floyd : Le policier mis en cause a été arrêté

Violences policières les soldats de la Garde nationale déployés pour faire face aux émeutes à Minneapolis

Les manifestations se suivent à Minneapolis depuis lundi après la mort d'un Afro-Américain de 46 ans arrêté par la police

Poste de police incendié, de nombreux magasins saccagés, affrontement entre les manifestants et les forces de l'ordre: les émeutes à Minneapolis ont pris une ampleur considérable lors d'une autre nuit "très très, mouvementée", a décrit Odile Hedoire-Young, vendredi, au micro de Benoit Dutrizac.

De son côté, le procureur général du Minnesota, Keith Ellison a exhorté les résidents à voir dans la Garde nationale, que le gouverneur a activée jeudi soir, comme une force apaisante plutôt qu'une force occupante. "Ces VOYOUS déshonorent la mémoire de George Floyd, et je ne laisserai pas faire cela". Tout comme lors de l'arrestation de George Floyd ce lundi, la scène est filmée et la victime, une personne noire, est plaquée au sol par un policier qui l'immobilise à l'aide de son genou placé sur son cou.

Les trois membres de l'équipe ont été relâchés moins de deux heures après et le gouverneur du Minnesota Tim Walz a présenté ses "plates excuses" au président de CNN, a fait savoir la chaîne. [DR] Les événements de Minneapolis s'invitent également dans le bras de fer engagé entre Donald Trump et le réseau social Twitter - dans le viseur du président américain pour avoir ajouté la mention: "Vérifiez les faits" à deux de ses tweets.

"Quand les pillages démarrent, les tirs commencent". Les quatre agents impliqués dans le drame avaient déjà été licenciés et des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités. Mais aucune inculpation n'a encore eu lieu, ce qui alimente colère et frustrations. "Tout le monde souffre, c'est pour ça que tout ça arrive". "Ces gens sont à cran", a simplement commenté le journaliste Omar Jimenez.

Les autorités américaines doivent prendre des mesures sérieuses pour mettre fin à ces meurtres, et pour s'assurer que justice soit faite lorsqu'ils se produisent.

"Il s'agit du dernier d'une longue série de meurtres d'Afro-américains non armés par des policiers américains et des membres du public", a déclaré Mme Bachelet dans un communiqué de presse.

La Haut Commissaire exhorte les manifestants à exprimer pacifiquement leurs demandes de justice.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le président Barack Obama s'est indigné suite au meurtre de l'Afro-américain George Floyd après l'intervention musclée de la police.

L'affaire évoque, selon lui, la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Sur un enregistrement de l'interpellation devenu viral, on l'entend dire " je ne peux plus respirer ".

Les révérends Jesse Jackson et Al Sharpton, figures de la lutte pour les droits civiques, se sont rendus jeudi à Minneapolis pour rendre hommage à George Floyd. Une foule de manifestants est toujours sur place et la police tente de les disperser pendant que les protestataires leur lance des roches.

Dernières nouvelles