Transports : les règles de distanciation vont évoluer pour davantage d'affluence, explique Borne

Jean-Baptiste Djebbari a également assuré que les tarifs n'augmenteraient pas

Jean-Baptiste Djebbari a également assuré que les tarifs n'augmenteraient pas

Cette restriction d'un siège sur deux occupé, alors qu'aucune contrainte de ce type n'a été imposée en avion, faisait grincer des dents à la SNCF, surtout s'agissant des TGV, seuls trains sur lesquels elle fait habituellement des bénéfices.

Le gouvernement envisage de mettre fin à l'obligation pour la SNCF de ne commercialiser qu'un siège sur deux dans les TGV pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus, a indiqué ce mercredi le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Contrairement aux compagnies aériennes, la SNCF est pour l'instant contrainte de ne vendre qu'un siège sur deux pour respecter les règles de distanciation, alors que selon ses dirigeants le port du masque devrait suffire. En dessous de 60% d'occupation dans les TGV (80% pour les Ouigo), la SNCF perd de l'argent.

" Ce que nous anticipons c'est que nous aurons probablement mi-juin 100 % de l'offre et 50 % de la fréquentation", a dit le secrétaire d'État.

Il s'est également exprimé sur les transports en commun: "On va continuer à avoir des mesures sanitaires très importantes", notamment l'obligation de porter le masque, a-t-il précisé.

Le déconfinement se poursuit à Lyon et en France. Invité de RMC/BFMTV dimanche 31 mai, Jean-Baptiste Djebbari a indiqué que 100% du trafic des TGV serait assuré d'ici au 24 juin. En ce qui concerne l'accessibilité au métro "nous avons 62 stations de métro fermées, ce sera certainement un peu moins" prochainement, a-t-il avancé, sans donner de chiffre précis.

Dernières nouvelles