Pour Blanquer, l'objectif est "les élèves retournent à l'école, même partiellement"

Réouverture des lycées en zone verte, oral du bac de français annulé

Coronavirus : le 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes

Pourtant l'objectif du ministre de l'Education nationale, Jean Michel Blanquer, qui porte cette réforme, était louable, tant la réforme du Bac, devenu à la fois un monstre d'organisation, coûteux et chronophage, et une porte d'entrée inadaptée aux études supérieures, est devenue hyper nécessaire.

Malgré ces annonces du premier ministre et du ministre de l'éducation nationale, beaucoup de questions restent en suspens: combien d'élèves pourront être accueillis? à quel rythme? le principe du volontariat sera-t-il maintenu? les cours à distance vont-ils se poursuivre jusqu'au 4 juillet, date de début des vacances scolaires? En effet, le ministre a indiqué hier que 90% des communes françaises ont ouvert leurs écoles.

Dans le cadre de l'étape 2 du déconfinement, toutes les écoles ainsi que l'ensemble des collèges et lycées rouvriront à partir du 2 juin, a annoncé ce jeudi Jean-Michel Blanquer. La reprise sera progressive.

Une nouvelle étape décisive d'ouverture pour l'éducation: pour les écoles, les collèges et les lycées.

En ce qui concerne les épreuves orales du bac français, et après consultations, Jean-Michel Blanquer a annoncé l'annulation de l'épreuve, "face à l'inégale préparation des élèves", a-t-il justifié. Il n'y aura donc pas d'oral. "Si les conditions matérielles sont réunies, les autres niveaux seront accueillis", a précisé le ministre. L'évaluation prendra donc en compte les notes des deux premiers trimestres de l'année. "Entre 20% et 50% des élèves ont pu y être accueillis mais ce n'est pas suffisant, nous voulons aller plus loin, a ajouté le ministre".

Dès le 2 juin, tous les lycées (généraux, professionnels et technologiques) situés en zone verte pourront rouvrir, au moins sur l'un des 3 niveaux (Seconde, Première et Terminale), le choix étant laissé aux proviseurs selon les moyens et le personnel dont ils disposent. "On ne pourra jamais aller au-delà de 40% d'enfants accueillis", a de son côté reconnu auprès de l'AFP Patrick Bloche, l'adjoint à la mairie de Paris en charge de l'éducation. La raison invoquée: le protocole sanitaire est toujours aussi strict. La priorité sera donnée aux 6e et aux 5e. "Elle parle d'un " soulagement " qui permet " à tout le monde de ne pas se lancer dans du bachotage " et une " tentation à rattraper le temps ". Elles assureront un accueil "systématique" des élèves, au moins une partie de la semaine, avec toujours des groupes de 15 enfants maximum.

Dernières nouvelles