Le chef d'Aqmi tué par l'armée française au Mali - Parly

Le chef d’Al Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par les forces françaises

Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique a été tué par l'armée française au Mali

Une opération menée le 3 juin dans le nord du Mali par les forces françaises avec le soutien de leurs partenaires a conduit à la mort de l'émir d'Aqmi Abdelmalek Droukdel, a annoncé ce vendredi sur Twitter la ministre française des Armées Florence Parly. L'état-major des armées n'a en tout cas fait aucune communication à ce sujet.

Abdelmalek Droukdel, chef historique du jihad au Maghreb et commandant de plusieurs groupes jihadistes sahéliens, a été tué jeudi au nord-ouest de la ville de Tessalit, au Mali.

Ancien du GIA (Groupe islamique armé) algérien, Droukdel a pris en 2004 la tête du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rebaptisé AQMI trois ans plus tard.

Depuis, les forces françaises se sont réorganisées au sein de la région sahélienne dans le cadre de l'opération Barkhane, qui mobilise actuellement quelque 5.100 hommes.

Toujours d'après Mme Parly, la France et ses partenaires du G5 Sahel poursuivent leurs opérations contre Daech* au Grand Sahara, "l'autre grande menace terroriste dans la région". Il avait une grosse influence idéologique au sein de l'EIGS et jouait aussi un rôle important en matière de recrutement, a-t-il ajouté.

Elle a, en outre, justifié cette opération dans un autre tweet dans lequel elle rappelle que " lors du Sommet de Pau le 13 janvier dernier, les chefs d'État de la France et des pays du G5 Sahel ont réaffirmé leur détermination à poursuivre leurs efforts de lutte contre les groupes terroristes qui opèrent dans la bande sahélo-saharienne ".

Dernières nouvelles