Wall Street : en nette hausse après les chiffres de l'emploi

Wall Street marque une pause après un net rebond

Le rebond de l'emploi conforte Wall Street sur la reprise

Aux Etats-Unis, l'annonce d'une nouvelle baisse des inscriptions au chômage n'a pas eu d'effet sur la tendance.

La Bourse de New York montait fortement à l'ouverture vendredi, galvanisée par l'annonce d'une baisse surprise du taux du chômage en mai aux Etats-Unis et de créations d'emplois solides.

Vers 14H00 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'envolait de 2,54% à 26.949,15 points. Il a atteint en cours de séance un niveau jamais atteint auparavant.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, gagnait, lui, 2,07% à 3.176,83 points.

L'amélioration de la conjoncture a été illustrée par les résultats meilleurs qu'attendu de l'enquête mensuelle d'ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis, avec 2,76 millions d'emplois détruits en mai alors que le consensus Reuters tablait sur 9,0 millions.

Déjouant tous les pronostics, le taux de chômage aux Etats-Unis a baissé en mai à 13,3% malgré la pandémie de Covid-19 et toutes les mesures de restrictions prises pour tenter d'enrayer sa propagation, alors que les analystes attendaient un taux de chômage en hausse, frôlant les 20%.

La perspective d'un retour progressif à la normale de l'activité économique après les perturbations liées au confinement continue de l'emporter sur les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine comme sur les manifestations parfois violentes qui se poursuivent dans de nombreuses villes américaines.

Sur la semaine, le Dow Jones s'est apprécié de 6,8 %, le NASDAQ de 3,4 % et le S&P 500 de 4,9 %.

Les investisseurs misent sur l'idée que l'économie va repartir à vive allure au fur et à mesure que les divers Etats américains se déconfinent.

" Ce redressement de l'emploi plus rapide que prévu laisse espérer que le virus ne laissera pas les mêmes cicatrices durables sur le marché du travail que les récessions habituelles", poursuit l'expert.

Comme dans le même temps la Banque centrale américaine (Fed) et le gouvernement fédéral ont injecté énormément d'argent dans les circuits financiers pour soutenir l'économie, ils ont des liquidités en abondance à leur disposition pour investir.

Idem pour les croisiéristes comme Royal Carribean (+14%), Norwegian Cruise (+19%) ou Carnival (+17%).

Les valeurs bancaires, qui pourraient profiter d'un rebond plus rapide que prévu de l'activité économique, étaient aussi en forme: JPMorgan Chase prenait 4%, Citigroup 8%, Bank of America 5%, Wells Fargo 7%.

Le joaillier Tiffany (+6,5%) a pour sa part repris des couleurs alors que les investisseurs semblent persuadés que son rachat par le géant du luxe LVMH est toujours en bonne voie après quelques jours de battement.

Dernières nouvelles