La famille d'Adama Traoré refuse d'être reçue par Nicole Belloubet

La famille Traoré décline l'invitation de Nicole Belloubet et réclame

La famille d'Adama Traoré refuse d'être reçue par Nicole Belloubet

"La famille a notamment rappelé qu'elle attend" des avancées judiciaires, et non des invitations à la discussion". Dans son communiqué, le collectif rappelle que la famille du défunt "demande depuis quatre ans que les gendarmes entre les mains desquelles est mort Adama Traoré soient convoqués devant la justice, interrogés et mis en examen". Elle explique attendre "des avancées judiciaires", pas "des invitations à la discussion".

La famille d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans décédé en 2016 lors d'une arrestation, ne veut pas de "discussions dans un salon de thé de l'Elysée" mais "des actes", a déclaré sa soeur lors d'une conférence de presse mardi au lendemain de son refus de rencontrer la ministre de la Justice. "Il n'est pas question d'intervenir dans une procédure individuelle", a-t-on martelé de même source. Selon France Info, Assa Traoré, la sœur de la victime, et les siens, ont été contactés par le cabinet de la garde des Sceaux lundi 8 juin. Le ministère de la Justice a également démenti qu'Emmanuel Macron ait demandé à Nicole Belloubet de rencontrer la famille Traoré.

Me Bouzrou n'est pas le seul à avoir dénoncé l'irrespect de la séparation des pouvoirs. "A ce titre, elle est toujours disponible pour répondre aux interrogations sur le bon fonctionnement de la justice". Sur Twitter, le Syndicat de magistrature (SM) a ainsi posté le message suivant: "Comment répondre à un dysfonctionnement systémique (le traitement judiciaire des violences commises par les forces de l'ordre) par un dysfonctionnement institutionnel (intervention de la ministre ds une affaire individuelle) tout en ne traitant qu'un cas particulier?".

L'USM martèle que cette indépendance "interdit les pressions extérieures sur les magistrats qui doivent pouvoir prendre leurs décisions sereinement". Et conclut que "la demande du président de la République que Madame Belloubet, garde des Sceaux, se penche sur le dossier Traoré est donc inacceptable".

Ainsi, la ministre de la Justice a fait savoir au comité de soutien à la famille d'Adama Traoré qu'"elle était disponible pour répondre aux interrogation sur le fonctionnement de la justice", précise cette source.

Dernières nouvelles