Olivier Marchal défend la police et critique les artistes

Olivier Marchal a été policier pendant près de 15 ans avant de passer à la réalisation

Olivier Marchal a été policier pendant près de 15 ans avant de passer à la réalisation. − VALERY HACHE AFP

Dans une tribune baptisée Larmes de flics et relayé par le Syndicat Alliance Police Nationale, Olivier Marchal prend la défense des forces de l'ordre qui sont, en ce moment, vivement critiquées.

" Quand j'ai eu ma carte de flic, à l'époque il n'y avait pas de portable, je suis rentré dans la cabine téléphonique de l'école de police et j'ai appelé mon père pour lui dire 'je suis fier d'être policier'".

Le réalisateur regrette que la police ait, selon lui, été "abandonnée par les pouvoirs politiques", "désavouée par les pouvoirs publics et la hiérarchie". Pour lui, "les flics sont toujours les boucs émissaires de l'instabilité et du désordre d'une société". S'il revient sur les conditions de travail "lamentables" de ses anciens collègues, il fustige tous les "petits marquis qui hurlent à la mort du fond de leurs appartements bourgeois des arrondissements les plus huppés de la capitale", leur reprochant de juger et de condamner "sans savoir".

" J'aime les flics, et je suis là pour dire que j'aime les flics et que ce métier, je le respecte " a déclaré Olivier Marchal sur le plateau de BFMTV ce lundi soir.

"J'ai juste envie que les policiers continuent d'être fiers d'être policiers aujourd'hui", a déclaré le réalisateur, lui-même ancien flic au micro de Bruce Toussaint. Ils visent, sans les nommer, Omar Sy et Camelia Jordana: " J'en ai marre que des espèces d'acteurs de deuxième zone et de chanteurs de deuxième zone continuent à chier sur les flics alors que ce sont des gens qui vivent dans des quartiers privilégiés, qui ont des métiers privilégiés, et qui surtout exacerbent tout ça et amènent ce discours de haine ".

"Oui il y a des flics qui ne méritent pas de pitié, oui il y a des flics qui se comportent parfois de façon pitoyable".

Dernières nouvelles