PSA renonce à faire venir ses salariés polonais — Usine d'Hordain

Dans la situation actuelle les entreprises doivent tout faire pour protéger l'emploi en France, indique le Ministère du Travail

PSA va faire venir ses salariés polonais pour travailler en France

Les ministres du travail et de l'Economie, "Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire, ont demandé à PSA de renoncer à cette opération et d'embaucher en priorité les intérimaires", a indiqué vendredi le ministère du Travail.

" Dans la situation actuelle, les entreprises doivent tout faire pour protéger l'emploi en France ", a estimé le gouvernement qui est rapidement monté au créneau après l'annonce de la firme.

Samedi matin, le ministère de l'Economie avait annoncé que le groupe automobile PSA s'était engagé auprès du ministre Bruno Le Maire à revenir sur sa décision de faire venir en France certains de ses ouvriers polonais pour renforcer ses équipes du site d'Hordain.

Des propos suffisants pour que PSA fasse marche arrière. Ils seront détachés de l'usine de Gliwice.

Plus tôt dans la journée, PSA avait expliqué sa décision de faire appel à ses salariés polonais en expliquant que la "crise économique brutale" générée par l'épidémie de Covid "nécessite de réagir avec agilité et efficience, afin d'assurer la pérennité du groupe PSA". Celle-ci "devrait permettre de monter une équipe constituée majoritairement d'intérimaires, en substitution d'une partie importante des salariés de l'usine polonaise de Gliwice", reprend cette source. En outre, il avait également été évoqué que des collègues espagnols pourraient venir prêter main-forte cet été aux usines françaises. "Carlos Tavares abandonne pour Hordain, mais il n'abandonne pas son projet, c'est un premier recul après la pression des salariés, mais il n'abandonne pas son projet de vouloir transformer les salariés de PSA en nomades de l'industrie, de créer une mobilité internationale", a-t-il déclaré. De leur côté, la CFTC et FO s'étaient abstenues. On va rester hypervigilants. En effet, dans l'usine mosellane de Trémery, "on a annoncé qu'on réfléchissait à faire venir des employés d'autres sites PSA de France et de l'étranger" sur la base du volontariat, notamment des ouvriers allemands, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'usine PSA de Tremery. Pour rappel, des salariés polonais de PSA sont depuis quelques jours en renfort sur le site du constructeur automobile à Metz.

Avant le confinement, PSA employait 500 intérimaires sur son site d'Hordain, sur un total de 1600 personnes y travaillant. Début juin, le groupe n'employait plus d'intérimaires à Hordain.

Dernières nouvelles