L’Arabie saoudite va organiser le Hajj cette année sur fond de Coronavirus

Du désinfectant aspergé sur une femme lors de l’enterrement d’une victime du coronavirus au Honduras le 21 juin 2020

Du désinfectant aspergé sur une femme lors de l’enterrement d’une victime du coronavirus au Honduras le 21 juin 2020. Image AFP

Ce qu'il faut surtout retenir, des milliers de musulmans à travers le monde attendent de savoir s'ils pourront l'effectuer cette année.

La pandémie due au nouveau coronavirus touche l'un des plus importants rassemblements religieux au monde.

L'Arabie saoudite a enregistré lundi 3.393 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre total d'infections dans le royaume à 161.005, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Le ministre du Hajj, Mohammed Banten, avait pourtant demandé en avril dernier aux musulmans qui souhaitaient se rendre à La Mecque ou à Médine d'" attendre " avant de réserver leur voyage.

Cette décision était cousue de fil blanc après la déclaration samedi 20 juin du ministère saoudien de l'Intérieur: il a en effet été annoncé que, malgré la levée du couvre-feu, la umrah demeure interdite tout comme les vols internationaux, ce jusqu'à nouvel ordre. La Ligue islamique mondiale (LIM), est souvent considérée comme un bras diplomatique du royaume saoudien, ainsi que comme un instrument de diffusion du wahhabisme, version saoudienne et très puritaine de l'islam. Les autorités religieuses de chaque pays sont toujours dans l'attente de précisions de la part de l'Arabie saoudite. Des hauts responsables saoudiens affirment tout de même que la décision sera très bientôt prise.

Le gouvernement du Serviteur des Deux Saintes Mosquées qui a l'honneur de servir des millions de pèlerins du Hajj et de la Omra confirme que cette décision découle de la priorité absolue qu'il accorde à la préservation de la sécurité des pèlerins sur son sol jusqu'à leur départ pour leur pays d'origine.

Dernières nouvelles