Cette phrase choquante de Donald Trump à son sujet — Emmanuel Macron

Twitter masque un nouveau tweet de Trump

Twitter masque un nouveau tweet de Trump"enfreignant ses règles

Le réseau avait déjà prouvé le mois dernier qu'il ne craignait pas de sanctionner le président américain, toujours très volubile sur sa plateforme préférée, indique le Parisien. Conséquence, le réseau social a mentionné que le contenu enfreignait les règles du réseau portant sur les comportements abusifs, mais laisse la possibilité de le lire.

" Tant que je serai votre président, il n'y aura pas de +zone autonome+ à Washington DC".

Depuis le début des manifestations contre les violences policières et le racisme, le président, en campagne pour sa réélection, insiste sur les violences commises en marge des rassemblements et martèle un discours de fermeté, affichant son goût pour "la loi et l'ordre".

Donald Trump est loin d'avoir sa langue dans sa poche.

"Notre règlement stipule que nous n'autorisons pas les gens à souhaiter ou espérer nuire à une personne ou à un groupe de personnes", a expliqué dans la soirée Twitter en réponse à une sollicitation de l'AFP.

Puis il avait épinglé un autre tweet pour "apologie de la violence ": "Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles", menaçait cette fois Donald Trump au sujet des manifestations qui dégénéraient parfois en émeutes. "S'ils essaient, ils feront face à une force conséquente", avait tweeté au petit matin le milliardaire républicain, réagissant à la tentative, la veille, de quelques manifestants d'ériger un campement aux abords de la présidence sur le modèle de la zone "sans police" créée à Seattle il y a deux semaines. À Tulsa, en Oklahoma, le président américain avait promis une foule des grands jours, avec une scène extérieure spécialement mise sur pied pour les supporters refoulés. Un fiasco peut-être lié à une action de sabotage revendiquée par des jeunes utilisateurs du réseau social TikTok.

Quand une ONG censée lutter contre la Covid-19 fait du trafic de drogues...

Facebook, qui n'a pas retiré les mêmes messages du président, a été vivement critiqué pour son inaction par la société civile mais aussi en interne, par ses propres employés.

Dernières nouvelles