John Bolton lâche sa bombe contre Trump — États-Unis

Livre à charge contre Trump : Pompeo accuse le «traître» Bolton de «mensonges»

La Finlande en Russie, camps de concentration et aide de la Chine : les accusations de Bolton contre Trump

Donald Trump a qualifié jeudi de "menteur" et de "crétin" son ancien conseiller à la Sécurité nationale John Bolton, dont le livre qui brosse un portrait au vitriol du président américain, s'apprête à être publié dans les prochains jours. Le faucon moustachu juge "inapte" à la fonction présidentielle le chef d'Etat. Mais l'actualité semble lui donner raison: le gouvernement américain a engagé ce mardi 16 juin une action en justice pour tenter de bloquer la parution de l'ouvrage, annoncée pour le 23 juin aux États-Unis. "Tout à coup, Trump a fait basculer la conversation sur l'élection présidentielle à venir, fait allusion au potentiel économique chinois et demandé à Xi de l'aider à gagner", écrit-il. "Il a souligné que les agriculteurs et l'augmentation des achats de soja par les Chinois auraient une grande importance dans l'issue du scrutin". "A White House Memoir (La pièce où c'est arrivé: mémoires de la Maison blanche) ", ce livre va paraître demain.

Il a néanmoins invoqué "le droit de l'ambassadeur Bolton à raconter l'histoire de son passage à la Maison Blanche de Trump, conformément au Premier Amendement" de la Constitution américaine, qui consacre la liberté d'expression. En 2018, ce dernier aurait demandé à Trump de l'aider dans l'affaire d'une entreprise visée par une enquête des autorités judiciaires américaines. Il aurait aussi laissé entendre une levée partielle des sanctions prises contre la Corée du Nord. "Et nous ne pouvions l'accepter".

En marge d'un sommet du G20, toujours à Osaka, et " uniquement en présence des interprètes, Xi [Jinping] avait expliqué à Trump pourquoi, en gros, il construisait des camps de concentration dans le Xinjiang.

L'ex-conseiller rapporte aussi que Donald Trump a estimé devant lui durant l'été 2019 qu'il fallait emprisonner les journalistes afin qu'ils livrent leurs sources. "Ces gens devraient être exécutés".

John Bolton décrit un Donald Trump obnubilé par des détails futiles plutôt que par la stratégie de long terme. "Selon lui, lors de l'entretien en 2018 avec l'ancienne première ministre britannique Theresa May, un officiel britannique a appelé le Royaume-Uni " une puissance nucléaire", et Trump a ainsi répliqué: " Oh! Mais un mois auparavant, en coulisse et face au président chinois, le discours du président américain était tout autre, selon les dires de John Bolton. Il comporte quelques révélations liées au deuxième sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, qui s'est déroulé en février 2019 à Hanoï.

Mais Trump n'a pas lâché.

Dernières nouvelles