L'OMS donne l'alerte en Europe — Coronavirus

L'OMS a dénombré au total plus de 2,5 millions de cas en Europe depuis le début de l'épidémie

L'OMS a dénombré au total plus de 2,5 millions de cas en Europe depuis le début de l'épidémie

Néanmoins certains pays ont rapidement pris des mesures strictes après la découverte de foyers de l'épidémie dans certaines régions.

Plus de 2,5 millions de cas ont été signalés en Europe, a indiqué jeudi le directeur Europe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Hans Kluge. "Ils étaient de 183 000 nouveaux cas de Covid-19 ce lundi", explique l'OMS citée par L'Express et l'AFP. "Trente pays ont vu augmenter le nombre de nouveaux cas cumulés au cours des deux dernières semaines", a déclaré le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse. Une résurgence très importante du virus est particulièrement observée dans 11 de ces pays. " La Croatie, confrontée la semaine dernière à une hausse allant jusqu'à une trentaine de cas quotidiens, a rétabli la quarantaine de 14 jours - levée fin mai - pour les voyageurs provenant des Balkans". L'apparition d'un important foyer de contamination parti du plus grand abattoir d'Europe, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans l'ouest du pays, a été la cause de ce reconfinement.

Tout en saluant la campagne d'appel aux dons pour une réponse mondiale au coronavirus lancée par l'Union européenne (UE), qui a permis de récolter 9,8 milliards d'euros à ce jour, il a estimé qu'il fallait faire encore plus, faisant remarquer que si les scientifiques prévoyaient que nous pourrions disposer d'un vaccin d'ici un an, voire quelques mois plus tôt, la mise à disposition et la distribution du vaccin à toute la population sera un défi et nécessitera de la volonté politique. Pas selon le chef du gouvernement portugais: " Il ne s'agit pas d'un retour à la case départ", a insisté Antonio Costa, rappelant que l'épidémie demeurait sous contrôle dans son pays [Le Parisien]. Car contrairement à la première vague, les Etats paraissent désormais préparés, et plus réactifs.

M. Kluge s'est néanmoins félicité de la réaction "rapide" de pays comme la Pologne, l'Allemagne, l'Espagne et Israël face à la flambée de nouveaux cas survenue dans "les écoles, les mines de charbon et les milieux de production alimentaire" ces dernières semaines.

Par ailleurs, les situations de recrudescence observées s'expliqueraient " en partie par les stratégies de dépistage intensives", avance Le Figaro: " C'est le signe que les systèmes de santé décèlent de nouveaux foyers de contaminations, et les combattent", analyse Didier Pittet, infectiologue aux hôpitaux de Genève et chargé d'évaluer la gestion de crise du gouvernement français.

Les cas repartent à la hausse en Europe. "Il est donc " vital " de continuer à suivre les règles d'hygiène et de distanciation, explique l'OMS: " Cette nouvelle forme de normalité est devenue notre quotidien".

Dernières nouvelles