Affaire des emplois fictifs: François Fillon condamné à 5 ans de prison

France L’ex-Premier ministre François Fillon condamné à cinq ans de prison

Eric Ciotti propose de «supprimer» le Parquet national financier, qu'il accuse de partialité

À son tour, Penelope Fillon a reçu une peine de trois ans de prison avec sursis et une amende de 375.000 euros.

Son épouse Pénélope a quant à elle écopé d'une peine de trois ans de prison avec sursis. Marc Joulaud, le suppléant de François Fillon à son poste de député est également condamné à 3 ans de prison avec sursis.

Eric Ciotti veut déposer une "proposition de loi pour supprimer le PNF", après les dernières révélations dans des dossiers concernant Nicolas Sarkozy ou François Fillon et les déclarations de l'ex-chef du Parquet national financier: c'est ce qu'a annoncé le député Les Républicains (LR) dans un entretien au Journal du Dimanche.

Le tribunal de Paris avait pris date pour le lundi 29 juin 2020 pour rendre son jugement dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs de Penelope Fillon.

Deuxième option: le tribunal peut accepter d'accéder à la demande de la défense et donc rouvrir les débats. Ce que décrit Mme Houlette, notamment des demandes pressantes de remontées d'informations, n'a rien d'illégal mais a relancé dans le clan Fillon les accusations d'instrumentalisation de la justice et conduit Emmanuel Macron à saisir pour avis le Conseil supérieur de la magistrature.

C'est ainsi que la défense de François Fillon qualifiait l'instruction ouverte en janvier 2017 en pleine campagne présidentielle, après un article du "Canard enchaîné " révélant que Pénélope Fillon avait été employée comme assistante parlementaire de son mari et mettant en doute la réalité du travail accompli". Si elle accepte, le délibéré pourrait être repoussé de plusieurs mois, le temps que le CSM et la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, devant laquelle s'exprimait Eliane Houlette, achèvent leurs travaux.

À 66 ans, François Fillon, désormais retraité de la politique, s'est reconverti dans la finance. De plus, il devra payer une amende de 375.000 euros et est frappé de 10 ans d'inéligibilité. Entre 1998 et 2013, la discrète Galloise de 64 ans a perçu au total 613.000 euros net au titre de contrats connus seulement de quelques proches.

L'accusation estime au contraire que le tout relève "davantage du rôle social d'un conjoint d'élu" que d'un réel emploi d'assistant parlementaire, lequel est donc "fictif".

Partie civile, l'Assemblée nationale réclame plus de 1 million d'euros de dommages et intérêts si les emplois litigieux étaient jugés fictifs.

Dernières nouvelles