Emmanuel Macron se dit prêt à un référendum en 2021 — Convention climat

Emmanuel Macron ce lundi matin

Emmanuel Macron ce lundi matin

"L'État prendra toute sa part: 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique de notre économie", a également déclaré Emmanuel Macron, promettant la mise en place d'un "fonds de transformation écologique de notre économie dans le plan de relance" pour notamment "investir dans les transports propres, rénover nos bâtiments" et "inventer les industries de demain".

D'abord, le chef de l'État a rejeté la taxe de 4% sur les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d'euros, qui risquerait selon lui de "décourager l'investissement". "La réécriture de l'article 1er de notre Constitution (.) pour introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique (.), je suis favorable à cette proposition", a-t-il dit. " Je ne dis pas qu'il ne faut pas réorienter une partie des investissements vers des investissements plus verts, mais mettre sur tous les investissements une taxe, c'est réduire notre chance d'attirer l'investissement supplémentaire ", a-t-il justifié.

"Il faut faire maturer ce débat", mais "ne donnons jamais le sentiment à certains de nos concitoyens qu'on les culpabilise ou qu'on les met à l'écart". "Je suis prêt à recourir au référendum si celui-ci était alors constitutionnellement possible après le vote des Chambres", a-t-il insisté.

Emmanuel Macron s'est dit "prêt" lundi à soumettre à des référendums dès 2021 certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, d'une part pour modifier la constitution, d'autre part pour des mesures spécifiques.

Concernant une autre mesure proposée par la Convention, un moratoire sur l'accord commercial UE-Canada (Ceta), le président a déclaré: "Je vous réponds, continuons à évaluer".

Emmanuel Macron a annoncé lundi que 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique.

Sur la modification du préambule de la Constitution, le chef de l'Etat explique que " telle que proposée, la rédaction menace de placer la protection de l'environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques.

"Le chef de l'Etat qui a rappelé qu'en janvier il avait dit aux 150 citoyens tirés au sort que " toutes les propositions seront transmises au gouvernement ou au Parlement ou directement au peuple français", a confirmé qu'il ira " au bout " de ce " contrat moral ".

Autre proposition retenue: un moratoire sur la création de nouvelles zones commerciales en périphérie des villes. Le président de la République a ainsi décidé de "reporter le débat" sur la limitation à 110 km/h sur autoroutes pour éviter qu'elle ne "s'abîme dans une polémique" et connaisse le "même sort" que lui avec la mesure des 80 km/h.

Le président a estimé que le modèle de la convention citoyenne pouvait être renouvelé "sur d'autres sujets" que le climat.

Dernières nouvelles