Propos haineux : sous pression, Facebook serre la vis

Racisme Coca Cola interrompt à son tour la publicité sur les réseaux sociaux

Racisme Coca Cola interrompt à son tour la publicité sur les réseaux sociaux

Les publicités qui indiquent que les personnes de certaines origines, ethnies, nationalités, genre ou orientation sexuelle représentent une menace pour la sécurité ou la santé des autres seront purement et simplement retirées selon les nouvelles mesures annoncées par Mark Zuckerberg.

"Et nous interdirons les publications affirmant à tort que la police de l'immigration (ICE) vérifie les documents d'identité dans les bureaux de vote", a précisé Mark Zuckerberg.

Coca-Cola, l'une des marques les plus connues du monde et qui dépense des sommes énormes en publicité, a annoncé, vendredi 26 juin, qu'elle suspendait pendant au moins 30 jours toute promotion sur les réseaux sociaux pour les forcer à faire davantage pour supprimer les contenus haineux.

Sous pression Facebook durcit sa politique de modération des contenus
Media Sous pression Facebook durcit sa politique de modération des contenus

Mark Zuckerberg, le patron du réseau social planétaire, défend depuis des mois son approche a priori plus laxiste que Twitter ou YouTube, notamment vis-à-vis des discours des personnalités politiques, au nom de la liberté d'expression. Certaines organisations de défense des Droits de l'Homme ont également fait pressions sur le réseau social afin qu'il puisse revoir sa position face au phénomène. C'est la mobilisation d'annonceurs comme Unilever ou Coca-Cola qui a fait bouger les choses.

Contrairement à Twitter, Facebook a refusé d'intervenir sur des messages polémiques du président fin mai, un sur le vote par correspondance (qu'il assimilait à de la fraude électorale) et un autre sur les manifestations et émeutes qui ont suivi la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

Dont acte: le géant de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever, la société américaine de télécoms Verizon, le glacier Ben & Jerry's (Unilever), les fabricants d'articles de loisirs en plein air Patagonia, North Face et REI, ainsi que l'agence de recrutement Upwork ont répondu présent. "Les marques ont le devoir d'aider à construire un écosystème numérique fiable et sûr". Baptisée #StopHateForProfit ("Non à la haine pour les profits"), cette campagne de boycott des publicités sur Facebook en juillet est notamment soutenue par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), ColorOfChange, ADL (Anti-Defamation League, une organisation juive), FreePress et Sleeping Giants. "C'est pourquoi nos marques ne posteront plus de publicités sur Facebook, Instagram et Twitter aux Etats-Unis", détaille Unilever qui estime "qu'il y a encore beaucoup à faire en particulier dans les domaines de la division et du discours de haine pendant cette période".

Dernières nouvelles