Un dernier vol pour dire adieu à l’A380 — Air France

AIR FRANCE  AFP

AIR FRANCE AFP

Air France a dit adieu vendredi à l'A380 avec un dernier vol de deux heures offert à 516 salariés de la compagnie à bord du géant des airs, auquel la crise du coronavirus a donné le coup de grâce.

Sur le tarmac, les pompiers leur ont offert un "water salute", un arc monumental réalisé avec des lances à eau à plein régime, réservé pour les grandes occasions.

Cet ultime vol marque la fin de la carrière du vaisseau-amiral d'Airbus au sein de la compagnie nationale française, la première compagnie européenne à l'avoir exploité en novembre 2009. "Nous avons voulu saluer le départ de l'A380 de notre flotte et remercier les équipes qui ont travaillé pour lui depuis un peu plus de dix ans", a expliqué un porte-parole d'Air France, cité par Le Figaro. Le dernier vol commercial, un Johannesburg-Paris, s'est effectué le 23 mars dernier, en pleine pandémie.

Le retrait définitif des neuf A380 tricolores -initialement programmé pour la fin 2022 mais accéléré par la crise du coronavirus- "s'inscrit dans la stratégie de simplification de la flotte du groupe Air France-KLM visant à rendre la flotte plus compétitive, en poursuivant sa transformation avec des avions plus performants et plus modernes et dont l'empreinte environnementale est considérablement réduite ".

"L'impact global de la dépréciation de la flotte d'Airbus A380 est estimé à 500 millions d'euros ", estime la compagnie. Si à ce jour un seul A380 dont Air France s'est séparé a trouvé repreneur, auprès d'une compagne portugaise charter spécialisée dans les transports de masse - celle qui a rapatrié les Français de Wuhan en janvier dernier -, d'autres pistes sont sur la table.

Pour Airbus, l'A380 restera comme un fleuron industriel mais un échec commercial. Les tronçons du dernier des 251 appareils commandés sont arrivés par convoi spécial le 18 juin à Toulouse (sud). C'est le cas de Singapore Airlines ou encore d'Emirates, son plus gros client, avec 115 exemplaires en service. Mais son président Tim Clark considère qu'avec la pandémie, un géant des airs comme l'A380 est à terme "fini ".

Dernières nouvelles