Julien Lepers ne touchera pas les 3,4 millions d'euros réclamés aux prud'hommes

Julien Lepers a présenté le jeu

Julien Lepers a présenté le jeu"Questions pour un champion pendant 27 ans. Image AFP

Julien Lepers ne recevra pas les 3,4 millions d'euros qu'il réclamait à Fremantle Media, la société de production de "Questions pour un champion", l'émission qu'il a animé sur France 3 durant 28 ans. Le conseil des prud'hommes de Paris vient de débouter l'ex-animateur vedette, selon des informations du Parisien. Néanmoins, il ne repart pas les mains vides.

Dans le détail, le conseil de prud'hommes a rejeté la demande de près de 1,4 million d'euros d'indemnités "pour licenciement sans cause réelle et sérieuse", celle des 480.000 euros réclamés concernant "les conditions brutales et vexatoires dans lesquelles s'est déroulé le licenciement" et même chose pour la demande de préjudices d'image, estimée à 500 000 euros par Julien Lepers qui dit avoir été propulsé "en Une des magazines" et affirme que son nom aurait été "souillé". Il percevra des indemnités de licenciement d'un montant de 800 000 euros, correspondant à son salaire de 39 907 euros. Son employeur ne lui avait payé jusqu'ici que 1316,38 euros. "Ce ne sont pas des motifs juridiques". Sur ce point, la justice a donné raison à la société de production qui, dans le courrier de licenciement adressé à l'ancien animateur, soulignait des audiences "durablement étiolées" passant de 13,5 % de part d'audience de moyenne en 2013 à 11,4 % en 2015. "Les téléspectateurs ont déclaré qu'ils trouvaient Julien ringard, qu'il avait l'air exaspéré avec les candidats, jetait ses fiches..." "Est-ce normal de se retrouver dehors sans un mot, un pot, un cadeau, un verre, un sourire, une réunion...?" Il réclamait un peu plus de 3,4 millions d'euros.

"Mon client a obtenu le minimum, estime son avocat Pierre-Olivier Lambert". En ne voulant pas attribuer des montants trop importants, le conseil des prud'hommes n'a pas été très courageux. Si Julien Lepers n'a pas souhaité commenter "ce qui appartient à [sa] vie privée", son avocat a confirmé au Parisien qu'il faisait appel.

Dernières nouvelles