L’Iran a émis un mandat d’arrêt contre Trump et d’autres responsables gouvernementaux

Des portraits du général iranien Qassem Soleimani affichés dans les rues de Téhéran le 11 janvier 2020Plus

Des portraits du général iranien Qassem Soleimani affichés dans les rues de Téhéran le 11 janvier 2020Plus

Une notice rouge est une demande aux forces de l'ordre du monde entier de localiser et d'arrêter provisoirement une personne en attente d'extradition, de remise ou d'une action en justice similaire.

Selon le procureur général de Téhéran, Ali Alqasi Mehr, Trump sera poursuivi dès la fin de son mandat. Comme le rapporte Fars, l'agence de presse iranienne, les autorités ont émis un mandat d'arrêt contre le président américain qu'il juge responsable de la mort du général Soleimani. Seulement, la Police internationale en l'article 3 de sa Constitution, interdit à " l'Organisation d'entreprendre toute intervention ou activité à caractère politique, militaire, religieux ou racial ". Mais la démarche avait déjà le mérite de mettre l'administration Trump sous un mauvais jour, du moins médiatiquement, et de dire l'état d'esprit dans le quel se trouvait le gouvernement Rouhani.

Qassem Soleimani, chef de la Force Al-Qods - unité d'élite chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique d'Iran -, a été tué le 3 janvier dans un raid américain près de l'aéroport de Bagdad avec son lieutenant, l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, le leader des paramilitaires pro-Iran dans ce pays.

En représailles, l'Iran a lancé le 8 janvier des missiles contre des bases militaires irakiennes abritant des Américains, faisant d'importants dégâts matériels, mais sans causer de morts dans les rangs de l'armée américaine, selon Washington.

L'Iran entend demander à Interpol d'émettre une notice rouge pour ces 36 personnes. Ce mandat fait écho aux nombreuses tensions entre les deux pays depuis que les Etats-Unis se sont retirés de l'accord sur le nucléaire.

Dernières nouvelles