La chaîne de Dieudonné a disparu — YouTube

Crédits: Conspiracy Watch

Crédits: Conspiracy Watch

Après de multiples condamnations judiciaires, cette clôture est une victoire qui retire à Dieudonné son principal canal d'influence.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l'info Inscription gratuite! La plateforme explique également que concernant l'incitation à la haine, la chaîne est clôturée au bout de trois avertissements, comme le précise Capital.

Depuis la mort de George Floyd et les manifestations antiracistes qui ont suivi, les réseaux sociaux se voient plus que jamais reprocher une trop grande tolérance vis-à-vis des des contenus haineux.

Le géant américain a procédé à la suppression de la chaîne YouTube appartenant à l'humouriste controversé.

Si la chaîne de Dieudonné a été, elle aussi, emportée par cette vague, c'est parce que ses "dernières vidéos, publiées au moment du confinement, trahissent l'obsession antijuive de leur auteur", selon Noémie Madar, présidente de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), interrogée par Le Point.

Le polémiste a réagi sur Facebook (un réseau sur lequel il compte 1,2 million d'abonnés) en dénonçant des "pressions israéliennes". "L'antisémite négationniste Dieudonné M'Bala M'Bala a cessé d'émettre sur YouTube". Pour Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, la fermeture de la chaîne de Dieudonné est " une excellente nouvelle ". Cette fermeture fait suite aux très nombreux signalements effectuées par la Dilcrah, tant au procureur de la République qu'aux plateformes elles-mêmes. "Il y a un mois, le Crif portait à nouveau plainte contre Dieudonné après la diffusion de vidéos antisémites".

Sa chaîne a purement disparu ce mardi 30 juin. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre. Il a été condamné à 9 000 euros d'amende qui pouvait se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement, pour complicité d'injure à caractère antisémite.

Le règlement de la plateforme stipule, entre autres, que tous les contenus "incitant à la haine" sont proscrits tout comme la violence contre des individus en fonction de certaines caractéristiques dont l'âge, la caste, le handicap, l'origine ethnique, l'identité et expression de genre, la nationalité, la race, la situation au regard de l'immigration ou encore la religion.

Dernières nouvelles