Les Rolling Stones menacent d'attaquer Trump en justice

Les Rolling Stones menacent Donald Trump de poursuites s’il utilise un de leurs hits

Rolling Stones menacent de poursuivre Donald Trump pour utilisation de chansons lors de rassemblements | US News

Le locataire de la Maison Blanche a en effet utilisé la semaine dernière la chanson "You Can't Always Get What You Want" lors de son meeting à Tulsa. Les papys du rock britannique avaient pourtant déjà fait part de leur désapprobation face à l'usage de leur musique par le candidat républicain mais en vain.

Faut pas chercher les Rolling Stones. Les Rolling Stones ont sollicité la BMI (équivalent de la SACEM outre-atlantique), fondée en 1939 et fonctionnant sans but lucratif, à des fins très précises.

"Les rockeurs sont en lien avec l'organisme américain de protection des droits musicaux, BMI".

Si Trump ne tient pas compte de l'exclusion et persiste, il sera poursuivi en justice pour avoir brisé l'embargo et joué de la musique non autorisée.

Prince, Rihanna, Les pierres qui roulent, Pharrell Williams, Aerosmith et Neil Young font partie d'une longue liste de stars qui ont précédemment critiqué le président pour l'utilisation de leurs morceaux.

Il y a quelques jours à peine, la succession de Tom Petty publié la campagne avec un avis de cesser et de s'abstenir sur son utilisation de sa chanson I Won't Back Down.

De même, le groupe de rock Queen s'était insurgé contre l'utilisation d'une des chansons les plus connues du répertoire rock, "We Are the Champions", lors d'une apparition sur scène de Donald Trump à la convention républicaine la même année.

Le porte-parole d'Adele s'est également plaint après que ses chansons Rolling In The Deep et Skyfall aient été utilisées lors des rassemblements de Trump en 2016 sans sa permission.

Dernières nouvelles