Macron appelle à l'action, les ONG sur la réserve — Convention climat

Convention citoyenne pour le climat: Emmanuel Macron retient presque toutes les propositions

Convention climat: Macron favorable à une modification de la Constitution

Regardez l'intégralité des discours de la convention citoyenne pour le climat à l'Elysée, et notamment celui du président de la République Après avoir rendu hommage à la qualité du travail des membres de la convention citoyenne, "Votre engagement aussi constant et aussi fort à été une première", Emmanuel Macron s'est engagé à transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum "la totalité des propositions", "à l'exception de trois d'entre elles".

"La transition écologique ne doit pas se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées", a-t-il plaidé, expliquant aussi vouloir éviter que les travaux des 150 ne "s'abîment dans une polémique". C'est pour cela que je crois qu'il faut reporter le débat sur les 110 km/h.

"J'ai présenté beaucoup de grands plans très ambitieux, avec beaucoup de choses formidables qui ont parfois été résumés à une mesure ou une petite phrase".

Sans attendre la décision d'Emmanuel Macron d'éventuellement la soumettre à référendum, 40 millions d'automobilistes avait lancé une pétition "Non aux 110 km/h sur autoroute" qui avait recueilli dimanche, selon elle, près d'un million de signatures. Le président de la République s'est également dit prêt à organiser un autre référendum pour réviser la Constitution et "introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique" dans son article 1, comme le demande la Convention.

Parmi les autres annonces, le principe d'un moratoire sur les nouvelles zones commerciales dans la périphérie des villes pour stopper "la bétonisation". De l'argent qui servira, précise-t-il, à la conversion écologique, à la rénovation des bâtiments et "à inventer les industries de demain".

"Vous avez montré qu'il était possible sur un sujet difficile, inflammable même, de créer du consensus" a-t-il dit, ajoutant qu'une réforme du Cese, assemblée composée de représentants sociaux, "sera présentée au prochain Conseil des ministres, qui en fera la Chambre des conventions citoyennes".

De leur côté les ONG environnementales se sont montrées critiques, à l'image de Greenpeace pour qui M. Macron "balaie immédiatement plusieurs mesures structurantes" (taxation des dividendes, Ceta) et reste "flou sur les suites concrètes qui seront données aux autres mesures". Ou des Amis de la Terre, pour qui "la vague verte s'arrête aux pieds du néolibéralisme".

Dernières nouvelles