Grippe porcine : Un nouveau type de virus découvert en Chine inquiète

Chine: Aprés le Covid-19 un nouveau virus à potentiel pandémique menace le monde

Chine: Aprés le Covid-19 un nouveau virus à potentiel pandémique menace le monde

Des chercheurs ont découvert une nouvelle famille de virus de grippe porcine en Chine présentant toutes les caractéristiques capables de provoquer une future pandémie, selon une étude (en anglais) parue lundi 29 juin dans la revue scientifique américaine Proceedings of the national academy of Sciences.

L'étude souligne les risques d'une transmission de la grippe porcine à l'homme, principalement dans les régions de Chine densément peuplées où des millions de personnes vivent à proximité de fermes et d'abattoirs. La majorité était de la nouvelle variété, qui est devenue dominante chez les porcs depuis 2016. Selon des tests sanguins permettant de détecter la présence d'anticorps au virus, 10,4 % ont été infectés. Les chercheurs, craignant l'arrivée d'une nouvelle pandémie, recommandent de mettre en place de façon urgente une surveillance accrue des populations travaillant dans la filière porcine.

Pour déterminer les risques d'une infection chez les humains, les chercheurs ont réalisé plusieurs expériences en laboratoire sur des furets, des animaux couramment utilisés lors des recherches sur la grippe car leurs symptômes sont proches de ceux des humains.

Non seulement ils ont réussi à isoler pas moins de 179 virus de la grippe porcine qu'ils ont regroupé sous la même appellation de " G4", mais qui plus est, ils en ont détecté au moins un (le G4 EA H1N1) chez des êtres humains. Ils ont observé que les virus G4 étaient plus infectieux, se répliquaient dans des cellules humaines et provoquaient chez les furets des symptômes plus graves que d'autres souches. A la suite de tests in vitro, les chercheurs ont réalisé que l'immunité obtenue après contact avec les virus de la grippe saisonnière ne protègerait pas contre ce nouveau virus. "Il y a actuellement, aussi bien en Europe qu'en Asie ou qu'aux États-Unis, un certain nombre d'autres lignages de virus qui présentent des caractéristiques a peu près similaires, qui comportent donc des gênes qui viennent des virus H1N1 humains, mais potentiellement d'autres virus également".

Dernières nouvelles