Crise sanitaire : Touraine et Bachelot se refusent à "donner des leçons"

Audition de Roselyne Bachelot par la mission d information Covid de l Assemblee Nationale

Audition de Roselyne Bachelot par la mission d information Covid de l Assemblee Nationale

Après le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, le Pr Didier Raoult ou l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, les députés qui composent la commission d'enquête parlementaire sur la crise du coronavirus entendent ce mercredi deux autres anciennes ministres de la Santé: Marisol Touraine et Roselyne Bachelot.

L'ex-ministre de la Santé était devant la commission d'enquête chargée d'évaluer la gestion de l'épidémie. "Est-il concevable que pendant trois ans, Agnès Buzyn n'ait eu aucune information sur les stocks de masques?", a interrogé le rapporteur de la commission Éric Ciotti (LR).

Cela ne les a pas empêchées de souligner en creux leurs différences sur la question des stocks de masques de protection, au cœur des questions de députés. "J'avais constitué un stock de 1 milliard de masques chirurgicaux, 720 millions de masques FFP2 que j'ai complété, à la fin de la pandémie de grippe, pour assurer à mes successeurs un stock vérifié". L'ancienne ministre de la Santé de 2007 à 2010, connue pour son franc-parler, ne s'est pas privée de critiquer ouvertement les propos d'Agnès Buzyn. elle estimait en effet ne pas être responsable de la disparition du stock stratégiques de masques en France.

Le président de la Fédération des médecins de France Jean-Paul Hamon en septembre 2018. Elle a indiqué qu'à son arrivée au ministère en 2012, 730 masques chirurgicaux étaient en stock, il y en avait 754 millions à son départ, sans date de péremption.

" Ce n'est pas au moment où la pandémie se déclare que l'on peut se procurer des masques".

"Vous ne pouvez pas dire qu'on n'a pas été réactifs", a-t-elle martelé.

Il faut que le préfet apporte des masques avec une petite charrette?

Mais la constitution de ces stocks coûte cher.

Marisol Touraine, qui a supervisé la création de cet organisme, a défendu la nécessité d'"une agence intégrée" alors que le "paysage sanitaire était éparpillé", avec "parfois des doublons" et une difficulté à coordonner la recherche, les messages de prévention et les actions opérationnelles. Expliquant qu'elle avait commandé en premier lieu des masques pour les Ehpad lors de l'épidémie de grippe A, Roselyne Bachelot a rappelé la présence des conseillers départementaux et municipaux. Suivront Marisol Touraine (2012 à 2017) et Roselyne Bachelot (2007-2010) mercredi, avant Xavier Bertrand (2005-2007 et 2010-2012), jeudi.

Dernières nouvelles