Le Boeing 737 MAX s'envole vers sa future certification

Norwegian annule l'intégralité de ses commandes de 737 MAX et 787 chez Boeing

Wall Street, portée par Boeing, finit en forte hausse

Ni Boeing ni le régulateur de l'aviation, la FAA, n'ont toutefois voulu confirmer l'information d'un premier vol prévu cette semaine.

29 juin (Reuters) - La Bourse de New York a fini lundi en hausse de 2,32% sous l'impulsion de Boeing, qui a entamé les vols de certification du 737 MAX, alors que les investisseurs préfèrent garder l'espoir d'une reprise à l'échelle mondiale, malgré les craintes d'une aggravation de la situation sanitaire.

L'avion est cloué au sol depuis mars 2019, dans le monde entier, après deux écrasements rapprochés qui ont fait au total 346 morts. "Quant à la demande des agences européenne et canadienne de " nouvelles modifications du système de contrôle de vol " (après la remise en service), annoncée par le Seattle Times, un porte-parole du constructeur a expliqué: " nous nous engageons à répondre à toutes les questions des régulateurs et à répondre à toutes les exigences de certification et de réglementation ". Cette tragédie survenait quelques mois seulement après la catastrophe d'un B737 MAX de Lion Air, qui avait quant à lui tué 189 personnes.

La compagnie aérienne à bas coût Norwegian Air a déclaré dans un communiqué annuler la commande de 92 Boeing 737 MAX et de cinq Boeing 787 Dreamliners. Depuis des mois, le géant aéronautique américain est à la peine pour remettre en service son moyen-courrier, dont les ventes constituaient avant cette crise sa principale source de revenus. Le système anti-décrochage MCAS a été mis en cause pour les deux accidents. Mais d'autres dysfonctionnements techniques, dont un concernant des câblages électriques, ont par la suite été détectés au cours des travaux de modifications de l'appareil, ralentissant le processus de recertification. Mais ils ne suffiront pas, prévient la FAA, dont l'image a été ternie après des révélations sur ce qui semble être une trop grande connivence entre elle et le constructeur dont elle a certifié l'appareil. Plusieurs enquêtes sont en cours à ce sujet, y compris au Congrès.

Boeing escomptait il y a encore quelques mois une remise en service du MAX en juin.

Depuis des semaines, l'avionneur attendait le feu vert des autorités pour prouver avec les vols d'essai que le MAX était parfaitement sûr. Mais la pandémie de Covid-19, qui a entraîné des restrictions de voyages et le confinement des travailleurs, est venue contrarier son calendrier.

Pour Boeing, il y a urgence à faire revoler son avion pour s'extirper d'une crise historique, mais dans son communiqué la FAA a détaillé encore une demi douzaine de conditions à remplir pour une éventuelle certification.

Cet avion représente plus de deux tiers du carnet de commande du géant aéronautique américain.

Les correctifs supplémentaires exigés par les autorités étrangères pourraient ajouter des coûts substantiels au programme MAX. Ils pourraient aussi ralentir la montée en puissance des livraisons dont Boeing a besoin pour reconstituer sa trésorerie.

Dernières nouvelles