239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus dans l'air

Illustration

Illustration

On compte désormais 11,4 millions de cas et plus de 535.000 décès liés au Covid-19.

Un groupe de plus de 200 scientifiques a publié lundi une lettre dans laquelle ils assurent que les normes de distance sociale face à la pandémie de COVID-19 sont " insuffisantes " et demande à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de Prenez plus au sérieux les recherches sur la transmission aérienne du virus.

La veille, un groupe de scientifiques internationaux avait sonné l'alarme sur ce mode de contagion par des gouttelettes pouvant rester en suspension dans l'air, ce qui rendraient les lieux fermés mal ventilés particulièrement dangereux.

Selon l'OMS, le coronavirus se transmet principalement par de grosses gouttelettes qui retombent rapidement sur le sol.

Les scientifiques à l'origine de cette enquête recommandent par exemple de porter un masque en permanence, en extérieur comme à l'intérieur. Benedetta Allegranzi, une responsable de l'OMS, a déclaré dans une conférence de presse, "Nous reconnaissons que des preuves émergent dans ce domaine et par conséquent nous devons être ouverts à cette possibilité et à ses implications, ainsi qu'aux précautions qui doivent être prises ". Le climatiseur a vraisemblablement fait voler le virus d'une table à une autre.

Bruno Grandbastien ajoute que les mesures mises en place jusqu'ici et recommandées par l'OMS restent la première barrière et la barrière la plus efficace.

"Nous appelons la communauté médicale et les organismes nationaux et internationaux compétents à reconnaître le potentiel de transmission aérienne du Covid-19", écrivent dans la revue Clinical Infectious Diseases d'Oxford deux scientifiques, Lidia Morawska de l'université de Queensland et Donald Milton de l'université du Maryland, dans un article auquel ont contribué ou que soutiennent 237 autres signataires déclarés à la fin.

À l'heure où la majeur partie des pays optent pour le déconfinement, il est urgent, selon ces experts, de mieux ventiler lieux de travail, écoles, hôpitaux et maisons de retraite, et d'installer des outils de lutte contre les infections, tels que des filtres à air sophistiqués et des rayons ultraviolets spéciaux, qui tuent les microbes dans les conduits d'aération.

Dans une lettre ouverte publiée le 6 juillet, 239 scientifiques interpellent les autorités sanitaires sur les risques de la transmission du coronavirus dans l'air.

Dernières nouvelles