La justice lui inflige un cinglant camouflet — Donald Trump

USA la Cour suprême valide une réforme limitant le remboursement de la contraception

Etats-Unis: flambée de cas de coronavirus après un meeting de Donald Trump à Tulsa

Face à cette situation, la Cour suprême des États-unis a infligé, jeudi 9 juillet, un revers majeur à Donald Trump, en jugeant qu'un procureur new-yorkais était en droit de réclamer toute une série de documents financiers du président américain, y compris ses déclarations d'impôt.

Ces deux décisions ne devraient pas permettre aux citoyens américains d'en savoir plus sur les finances du milliardaire républicain, avant la présidentielle du 3 novembre. "Ce ne sont que des poursuites politiques".

La Cour Suprême des Etats-Unis a validé hier une réforme de Donald Trump supprimant l'obligation, pour les employeurs, de rembourser les frais de contraception de leurs salariées (cf. La Cour Suprême examine l'obligation de financer la contraception des salariées). "C'est une énorme victoire pour notre système judiciaire et son principe fondateur que personne - pas même le président - n'est au-dessus des lois", a réagi le procureur de Manhattan. Mais les investigations sont menées par un grand jury, un collectif de citoyens tirés au sort qui opère dans le plus grand secret et, en théorie, rien ne devrait être rendu public.

Mais, parallèlement, la cour a aussi refusé de rendre une décision définitive sur la question de savoir si les commissions du Congrès peuvent avoir accès aux dossiers financiers de Donald Trump, renvoyant la question aux tribunaux inférieurs.

Dans un second arrêt, la haute Cour a bloqué, dans l'immédiat, la transmission de documents comparables réclamés par le Congrès.

Pour la chef des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, cette décision "n'est pas une bonne nouvelle" pour le président. La polémique autour de la taille de la richesse de Donald Trump ne ferait qu'alimenter les questionnements du peuple américain vu que l'homme n'a pas voulu exposer ses déclarations d'impôts. De plus, la majorité des gens ne portaient pas de masque, comme Donald Trump lui-même. Ce paiement, effectué pendant la campagne de 2016, pourrait avoir violé les lois de financement des campagnes électorales. Ils n'ont d'ailleurs pas hésité à dire que celui-ci pouvait commettre un meurtre en pleine rue sans s'en inquiéter sur le coup.

Dernières nouvelles