Coronavirus en Iran: le bilan dépasse les 12 000 morts

L’Iran annonce un nouveau record avec 200 morts liés au coronavirus en 24 heures

Coronavirus: l'Iran dépasse la barre des 12.000 morts

Ce triste record bat celui établi dimanche, lequel s'élevait à 163 décès. "Malheureusement, au cours des 24 dernières heures, nous avons perdu 200 de nos compatriotes, ce qui porte le nombre total de victimes (du virus) à 11.931", a indiqué à la télévision d'État Sima Sadat Lari, porte-parole du ministère de la Santé.

Le nombre de nouveaux cas et de décès a fortement augmenté au cours de la semaine écoulée, après la levée progressive des mesures de confinement, à la mi-avril. C'est "le résultat de notre comportement et de nos actions à tous". Le pays fait face depuis plusieurs semaines à une hausse des nouveaux cas confirmés et des décès. La République islamique, qui a annoncé ses premiers cas de virus SARS-CoV-2 le 19 février, est de loin le pays le plus touché du Proche et Moyen-Orient. Les autorités ont mis à plusieurs reprises en garde contre ce qu'elles considèrent être un laisser-aller de la population quant au respect des procédures sanitaires.

La porte-parole a évoqué une nette augmentation des cas de contamination dans une ville dont elle n'a pas dévoilé le nom, "où la population a organisé une cinquantaine de cérémonies de mariage ces jours-ci".

" Ayez toujours un masque sur vous lorsque vous sortez", a souligné Lari mardi.

Mais les pressions économiques - déjà intenses avant l'arrivée du coronavirus, en raison des lourdes sanctions américaines - ont vu le gouvernement autoriser progressivement la réouverture des entreprises à partir d'avril, la croissance des infections semblant ralentir.

Irna, l'agence officielle, a rapporté mardi l'infection par virus de douze membres du club de football d'Esteghlal, une des meilleures équipes du pays, alors que le championnat a repris le 25 juin après quatre mois de suspension à cause de l'épidémie.

Les autorités ont permis aux provinces les plus durement touchées par la résurgence du virus de réimposer des restrictions.

L'application de cette mesure s'est parfois avérée difficile, en particulier dans la capitale, de nombreux habitants restant réticents à porter des masques même dans les transports publics, où le faire est obligatoire depuis plus de deux mois.

Dernières nouvelles