Le chauffeur de bus est décédé — Agression à Bayonne

Bayonne: un chauffeur de bus en état de mort cérébrale après une agression - JForum

Bayonne : un chauffeur de bus en état de mort cérébrale après avoir été lynché par un groupe de « jeunes »

Après avoir rendu visite à la famille de Philippe Montguillot, le chauffeur de bus mortellement agressé par des passagers, Gérald Darmanin s'est entretenu avec le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray. Violemment frappé à la tête dimanche en fin d'après-midi, le conducteur, âgé d'une cinquantaine d'années, se trouve en état de mort cérébrale. Des faits pour lesquels quatre hommes ont été mis en examen.

Agression conducteur de bus Bayonne.

C'est ensuite un quatrième homme qui est monté à l'arrêt Balichon, situé au pied d'un quartier populaire de Bayonne.

Dans un communiqué, le réseau de transport en commun de l'agglomération clermontoise exprime sa volonté de "montrer son indignation face à cette violence grandissante dans les transports publics " en s'associant à une démarche nationale des réseaux de transports urbains.

Le chauffeur aurait alors fait l'objet d'insultes suivi d'une bousculade et a été poussé à l'extérieur du véhicule.

Cette agression, a provoqué une vive émotion à Bayonne, et bien au-delà. Mercredi, environ 6000 personnes ont participé à une marche blanche pour rendre hommage au chauffeur de bus, mais aussi à sa famille. Les hommes suspectés d'avoir porté des coups "ont alors pris la fuite, laissant la victime sur le trottoir".

"Des témoins ont d'ores et déjà été entendus", a-t-il dit, précisant que l'enquête avait été confiée au commissariat de Bayonne. Dans un premier temps, cinq personnes ont été interpellées, dont l'une "sur le champ". Beaucoup de bus sont restés au dépôt lundi matin. Parmi elles, un mineur est mis hors de cause.

Alors que la femme et les filles de Philippe Monguillot espèrent à présent "une peine exemplaire", les réactions et les appels à la sévérité se sont multipliés au cours de la semaine.

Gérald Darmanin "s'est engagé à revenir nous voir [à Bayonne] au mois de septembre pour pouvoir prendre des mesures concrètes", a indiqué samedi 11 juillet sur franceinfo, Jean-Philippe Paulmier délégué syndical CFDT dans le réseau Chronoplus, après la visite du ministre de l'Intérieur.

Dernières nouvelles