[EN DIRECT] COVID-19: Québec modifie les règles d'ouverture des bars

Québec serre la vis aux bars

Christian Dubé inquiet de la hausse du nombre de cas de COVID-19

Les clients devront rester assis et ne pas danser.

"Ce n'est pas long qu'on pourrait se retrouver dans une virale que personne veut revoir, a prévenu Christian Dubé".

Ainsi, un restaurant détenant un permis de bar pour sa terrasse, ce qui est commun dans l'industrie, sera lui aussi tenu de cesser la vente d'alcool sur ladite terrasse à minuit et les clients devront avoir quitté la terrasse à 1 h du matin au plus tard. Si on ne fait pas attention, ça va reprendre.

Avant même l'annonce, les divers regroupements de propriétaires et tenanciers de bars s'étaient élevés contre ces mesures, affirmant qu'elles sonneraient le glas pour de nombreux bars. "Les registres de clients que nous demandons dans les bars vont nous aider si de nouvelles [éclosions] survenaient, car la vitesse est un enjeu majeur avec ce virus", ajoute M. Arruda, en rappelant qu'à la suite de l'éclosion en Montérégie, des gens infectés sont allés travailler et ont par la suite contaminé leur lieu de travail. Peut-être que vous êtes malades et que ça ne vous touche pas.

Certains journaux, comme La Presse, indiquaient également ce jeudi matin que le ministre de la Santé fera une annonce sous peu concernant le port du masque dans les lieux publics fermés (dont les restaurants): cette mesure devrait être imposée à l'échelle de la province dès le 20 juillet. C'est une question de vie ou de mort.

Pour compléter cette protection, des inspecteurs de la CNESST vérifieront aussi les mesures sécurité au sein des bars. Certains permis ont déjà été suspendus.

Se disant inquiet de voir le nombre de cas quotidien de la COVID-19 dépasser la barre des 100 personnes contaminées, M. Dubé soutient que l'option de fermer les bars a aussi été envisagée.

Le gouvernement du Québec tient à rappeler que la danse est actuellement interdite dans les bars et discothèques.

De son côté, la Nouvelle Association des bars du Québec (NABQ) a réclamé une intervention du ministère de l'Économie pour soutenir ces entreprises et lui reproche d'avoir "abandonné" les propriétaires de bars.

"C'est un compromis fondé sur la prudence, a mentionné le ministre".

Quant à leur venir en aide financièrement, l'ex-président du Conseil du Trésor a répondu que "la meilleure aide financière - et c'est ça la décision qu'on a prise - c'est de leur permettre d'ouvrir".

Dernières nouvelles