Londres exclut Huawei de son réseau 5G

Londres ne peut pas faire sans Huawei Publié par Chine Magazine | Juil 13, 2020 | Europe , MONDE

Le Royaume-Uni exclut Huawei de son réseau 5G

En effet, l'achat de nouveaux équipements Huawei est interdit, dès la fin 2020, et les équipements existants devront être retirés, d'ici à 2027, a déclaré le ministre chargé de la Culture et du Numérique, Oliver Dowden, à la chambre des Communes.

Le Premier ministre conservateur Boris Johnson préside mardi le conseil de sécurité national (NSC) qui devrait sceller le sort de Huawei dans le réseau britannique, après des mois de fortes pressions de l'administration Trump.

L'entreprise chinoise de technologie Huawei a estimé mardi que la décision britannique de l'écarter du réseau 5G du pays était une "décision décevante" qui "risque de mettre le Royaume-Uni sur la voie lente du numérique, alourdir les factures et aggraver la fracture numérique". "Cela n'a pas été une décision facile, mais c'est la bonne pour les réseaux télécoms britanniques, pour notre sécurité nationale et pour notre économie, maintenant comme à long terme", a ajouté Oliver Dowden. Pour lui, il est " regrettable que notre futur au Royaume-Uni ait été politisé, à cause de la politique commerciale américaine et non pour des raisons de sécurité ".

Mais face à la grogne des Etats-Unis et de députés conservateurs, le gouvernement avait laissé entendre qu'il durcirait sa position, mettant en avant le risque sécuritaire que peut représenter la présence de l'équipementier dans ses infrastructures.

"Cette décision décevante est une mauvaise nouvelle pour tous ceux au Royaume-Uni qui ont un téléphone portable", a déploré Ed Brewster, porte-parole de Huawei UK, dans un communiqué. "Les responsables de l'opérateur BT ont fait remarquer qu'il était " impossible " de retirer en moins de dix ans les équipements " Huawei ". Elle compromet aussi une des promesses de campagne majeures du Premier ministre, Boris Johnson, qui avait garanti une amélioration spectaculaire du réseau de télécoms britannique.

Des discussions sont en cours avec d'autres fournisseurs: le suédois Ericsson, le finlandais Nokia, le japonais NEC et le sud-coréen Samsung, a-t-il indiqué.

Les relations entre les deux pays se sont déjà tendues ces dernières semaines avec l'entrée en vigueur d'une loi controversée sur la sécurité, imposée par Pékin à Hong Kong après des manifestations, qui a provoqué une vive réaction de Londres.

Downing Street a promis d'étendre les droits à l'immigration, et à terme l'accès à la citoyenneté britannique, pour des millions d'habitants de son ex-colonie, une mesure dénoncée par la Chine comme une "ingérence grossière " dans ses affaires intérieures.

Dernières nouvelles