"À genoux", le secteur aérien demande l'aide des passagers — Coronavirus

Le secteur aérien est en grande difficult

Le secteur aérien est en grande difficult

Les compagnies aériennes, gravement touchées par la crise sanitaire, crient leur détresse. Interrogé jeudi matin par BFM Business, Alexandre de Juniac, directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), a indiqué que le trafic aérien était la semaine dernière de 36% de ce qu'il était habituellement, malgré un "redémarrage qui est assez net ". " Nous demandons l'aide des passagers, et nous la demandons à genoux".

Le patron de l'Association du transport aérien international (IATA) exhorte les passagers ayant vu leur vol annulé durant la pandémie de Covid-19 d'opter pour un avoir plutôt que le remboursement en espèces du billet d'avion, afin de protéger la trésorerie des compagnies aériennes.

Des entreprises remboursent seulement sous forme d'avoirs tout en promettant un remboursement en numéraire, si les consommateurs le réclament, mais avec au moins neuf mois de décalage afin de préserver leurs finances mises à mal par la crise.

M. De Juniac a déclaré que le secteur essayait toujours de convaincre la Commission européenne de l'autoriser à utiliser des bons d'achat ou de lui donner plus de temps pour rembourser les passagers. Aiguillé par des associations de consommateurs, le régulateur a lancé une procédure d'infraction contre dix États membres de l'UE, dont la France.

" Pourquoi demandons-nous cela?" Notre activité c'est plutôt de chouchouter les passagers et pas de leur poser des difficultés et problèmes, notamment des problèmes financiers.

Si peu ont fait faillite jusqu'à présent, les compagnies aériennes ont commencé à se défaire de dizaines de milliers d'employés et plusieurs pays sont intervenus pour aider ou sauver les transporteurs. Delta Airlines enregistre par exemple une perte de 5,7 milliards de dollars entre avril et juin, l'une des plus importantes de son histoire.

Dernières nouvelles