Deux projets de vaccins "produisent une réponse immunitaire"

Coronavirus : deux vaccins prometteurs vont entrer en dernière phase de test

Coronavirus : Deux projets de vaccins prometteurs produisent une réponse immunitaire

Un essai en cours impliquant 1.077 adultes en bonne santé a révélé que le vaccin "induisait de fortes réponses immunitaires des anticorps et des cellules T" jusqu'au 56e jour, ont écrit les chercheurs dans la revue médicale The Lancet. Ils vont subir une ultime phase de test avant d'être possiblement commercialisés.

C'est une avancée prometteuse en matière de lutte contre le Covid-19.

Ces résultats étaient très attendus car de nombreux chercheurs et laboratoires dans le monde se livrent à une course contre la montre pour trouver un vaccin sûr et efficace contre le Covid-19.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir confirmer si notre vaccin aidera à gérer la pandémie de COVID-19, mais ces premiers résultats sont prometteurs", a déclaré Sarah Gilbert, qui participe au développement du vaccin.

Ils ont été génétiquement modifiés pour produire la protéine de pointe (ou "spike") du coronavirus Sars-CoV-2, l'idée étant que le système immunitaire du patient puisse par la suite le "reconnaître" s'il est réellement infecté.

La publication des données sur le vaccin développé par Astrazeneca intervient alors que d'autres laboratoires ont également dit lundi avoir enregistré des résultats positifs sur leurs essais de vaccin.

28 jours après l'injection du candidat vaccin, plus de 90% des participants à l'essai britannique présentaient des anticorps neutralisants dans le sang, et environ 85% dans l'essai chinois.

Les deux essais rapportent des effets secondaires localisés et bénins, mais aucun des deux essais ne relève de problèmes graves, explique une synthèse du Lancet.

Les deux projets de vaccin ont aussi entraîné chez 100% et plus de 90% des participants respectivement la production de lymphocytes T, les globules blancs dont le rôle est d'éliminer les organismes identifiés comme dangereux et de conserver en mémoire les caractéristiques de l'agresseur en cas de nouvelle infection.

Dernières nouvelles