5G : Huawei banni de facto du réseau mobile français d'ici 2028

Les premiers forfaits mobiles 5G sont disponibles en France

Les premiers forfaits mobiles 5G sont disponibles en France

Les exploitants doivent chacun demander des dizaines de licences pour des équipements couvrant différentes parties du pays. " Dans un entretien au quotidien Les Echos, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) a fait savoir au début du mois qu'elle allait accorder des autorisations aux opérateurs télécoms pour utiliser des équipements 5G, y compris ceux fabriqués par Huawei, pour des durées pouvant aller jusqu'à huit ans". Elles ont déclaré que la plupart des autorisations pour les équipements Huawei étaient de trois à cinq ans, tandis que la plupart de celles pour les équipements des rivaux européens Ericsson ou Nokia étaient des licences de huit ans. Les sources ont déclaré à Reuters que l'ANSSI avait informé les opérateurs de la plupart des décisions de licence pour les grandes villes.

L'ANSSI a refusé de commenter.

Un porte-parole des services du Premier ministre, qui supervise les autorisations pour les équipements 5G, a déclaré que l'Anssi travaillait avec les opérateurs dans le cadre fixé par la loi, ajoutant que les autorisations accordées aujourd'hui ne préjugeaient pas de leur éventuelle reconduction ou interruption.

Ces limitations auront pour conséquence dans les faits une sortie progressive de Huawei des réseaux 5G en France à l'horizon 2028 en raison de la brièveté des autorisations accordées, ont dit les sources qui ont requis l'anonymat au vu du caractère sensible des discussions. Mais même cela signifiait finalement le démanteler, ont-ils ajouté.

Au Royaume-Uni, des députés travaillent à écarter Huawei en tant qu'équipementier 5G du pays d'ici trois ans.

"C'est un refus, donner trois ans", a-t-elle ajouté.

Les entreprises ont déjà dit à plusieurs reprises cette année qu'un tel scénario, dans lequel elles pourraient être contraintes de remplacer une partie de leur réseau à un coût élevé, les conduirait à demander une compensation à l'Etat.

Bouygues et Altice ont refusé de dire s'ils avaient demandé des licences Huawei ou des décisions de licence ou s'ils avaient eu des conversations informelles avec l'ANSSI.

Les deux autres grands opérateurs français, les leaders Orange et Iliad, s'appuient principalement sur Nokia, Ericsson ou les deux pour leurs réseaux mobiles.

Iliad et Orange n'ont pas souhaité faire de commentaire. Le gouvernement britannique a annoncé il y a quelques jours le retrait total des équipements de Huawei de son réseau 5G dici à 2027.

"La position de la France est similaire à celle de la Grande-Bretagne, mais la communication du gouvernement est différente", a déclaré l'une des sources.

Paris et Pékin tentent de se rabibocher sur le sujet Huawei.

Dernières nouvelles