Tesla choisit le Texas pour fabriquer le Cybertruck

L'envolée en Bourse de Tesla débloque un jackpot de 2,1 milliards pour Elon Musk

Tesla gagne de l’argent pour le quatrième trimestre de suite

Une ligne de production de Model S, tout premier modèle lancé en 2012, dans l'usine actuelle de Fremont, en Californie. Cela rassure les analystes et les investisseurs. Tesla prévoit commencer les livraisons de sa nouvelle camionnette révolutionnaire - et controversé - avant la fin de l'année 2021. Avec la crise sanitaire, cet objectif est plus incertain.

Tesla indique également continuer sur sa lancée en ce qui concerne les améliorations opérationnelles et dans sa chasse aux coûts. "La production dans nos installations existantes continue de s'améliorer pour répondre à la demande, et nous continuons à renforcer nos capacités", a souligné le groupe. Sur Q2 2020, Tesla annonce $535M de plus en trésorerie pour un total (" cash " et " cash equivalents ") de 8,6 milliards de dollars.

Pendant ce temps, le directeur des relations publiques de Tesla a commenté ce projet en ces termes: " Le potentiel est tout simplement formidable pour les loisirs, pour la beauté et la vision de pouvoir transformer un ancien site minier en une usine durable offrant des possibilités de loisirs - c'est justement une vision qui correspond parfaitement à notre mission ". En passant par le SUV (Model X et Model Y), et la berline (Model S et Model 3). L'une des raisons est qu'il trouve que les Tesla actuelles sont trop onéreuses et il veut les rendre bien plus accessible aux acheteurs. L'action flirte de nouveau avec les 1600 dollars alors qu'elle en valait 350 début 2020. Mais Elon Musk n'est pas rassasié. Le chaud, c'est quand les résultats sont largement meilleurs qu'attendus et que, malgré les retards dans les plannings (le roadster, etc.), et les modifications (la Gigafactory allemande qui ne produira finalement pas de batteries...) l'aventure Tesla continue. Ainsi, le constructeur américain de véhicules électriques a publié un bénéfice net de 104 millions de dollars sur la période, ou 50 cents par action, à comparer avec une perte nette de 408 millions de dollars, ou -2,31 dollars par action, un an plus tôt. Etre intégré à ce prestigieux indice permettrait à l'action d'être systématiquement incluse dans de nombreux produits financiers qui suivent mécaniquement ses fluctuations, les ETF, et lui donnerait encore plus d'ampleur. On attend toujours les concurrents.

Dernières nouvelles