Quarantaine. Le Royaume uni énerve l’Espagne

LONDRES RÉTABLIT LA QUARANTAINE POUR LES VOYAGEURS VENANT D'ESPAGNE

LONDRES RÉTABLIT LA QUARANTAINE POUR LES VOYAGEURS VENANT D'ESPAGNE

Le voyagiste va proposer des remboursements ou des nouvelles réservations pour les Britanniques qui devaient se rendre en Espagne, destination très prisée.

L'exclusion de cette liste, qui comprend des pays comme la France, l'Allemagne, la Turquie, l'Estonie ou la Slovénie, signifie que les voyageurs arrivant d'Espagne devront être mis en quarantaine pendant 14 jours dans une résidence au Royaume-Uni, faute de quoi ils pourront écoper d'une amende allant jusqu'à mille livres sterling (1.072 euros).

Le tabloïd rapporte en effet que les ministres britanniques "étudient la suppression des mesures de quarantaine pour les Britannique rentrant des îles Canaries et des Baléares à la suite du tollé des touristes et du secteur des voyages".

TUI, qui pousse pour la mise en place de couloirs aériens régionaux, explique être en lien avec le gouvernement britannique afin de comprendre pourquoi le ministère des Affaires étrangères recommande d'éviter les voyages non essentiels vers l'Espagne mais pas vers les Baléares et les Canaries, contrairement à la quarantaine qui concerne tout le pays.

De leur côté, les compagnies aériennes britanniques comme British Airways et EasyJet et l'irlandaise Ryanair maintiennent pour l'heure leur programme de vols vers l'Espagne, même si la décision du gouvernement britannique fait grincer des dents. Les Britanniques arrivés d'Espagne devront désormais s'isoler pendant deux semaines en raison de la flambée de cas de coronavirus que connaît actuellement le pays.

Le Premier ministre a fait valoir que la répartition des cas de contamination en Espagne était "inégale" car les deux tiers environ des nouveaux cas sont recensés dans deux régions, l'Aragon et la Catalogne, dans le nord-est. Adoptée sans mise en garde, la mesure constitue un casse-tête pour les touristes déjà sur place et fait craindre désormais au secteur que d'autres pays ne suivent.

La décision du gouvernement "constitue l'annonce que le secteur aérien n'aurait jamais souhaité entendre", souligne Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

Pour accompagner le déconfinement en cours, le Royaume-Uni avait exempté de nombreux pays européens, présentant " un faible risque", de la mesure de quatorzaine qu'il avait imposée à tous les voyageurs entrant dans son territoire.

Dernières nouvelles